- PUBLICITÉ -

Amély Lamontagne-Ruel, de Deux-Montagnes, à droite, en compagnie d’Antoine et Lori’Anne. L’émission Van Lab est diffusée les dimanches matins à Ici Radio-Canada.

Amély n’a jamais abandonné son rêve de faire de la télé

Amély Lamontagne-Ruel, de Deux-Montagnes, rêvait depuis longtemps d’un rôle parlé à la télévision. Après plusieurs figurations, elle l’a finalement décroché à l’aube de ses 18 ans alors qu’elle avait presque fait une croix sur cette carrière. Comme quoi, il ne faut jamais abandonner, nous dira-t-elle en entrevue.

Diffusée depuis le 10 janvier, les dimanches matins sur les ondes de Radio-Canada, l’émission Van Lab permet aux téléspectateurs de sillonner le Québec à bord d’un Westfalia en compagnie d’Amély et de ses coanimateurs, Antoine Beauchemin, de Boisbriand, et Lori’Anne Bemba, de Montréal. Ensemble, ils explorent des endroits méconnus et inusités, découvrent des métiers surprenants et rencontrent des gens inspirants.

Pour Amély, ce poste d’animatrice arrive à un tournant de sa carrière, elle qui est inscrite dans une agence de casting depuis qu’elle est en 5e année. Elle se rappelle avoir passé une audition pour joindre les rangs de l’agence Het M dans les locaux du Club Optimiste de Saint-Eustache.

« Ils ont aimé mon côté naturel, le fait que je m’amusais. Je m’étais trompée dans une réplique, mas j’avais tout de même poursuivi comme si de rien était. Cela a certainement eu une incidence sur le fait qu’on m’ait choisie.».

Depuis, Amély est apparue en tant que figurante dans plusieurs séries télé telles Le Jeu, Demain des hommes, Au secours de Béatrice, Subito Texto, Mémoires vives, de même que de nombreuses publicités. Elle a aussi été vue au grand écran dans les films Votez Bougon! et Aurélie Laflamme, en plus de tenir la vedette dans le vidéoclip No More My Lawrd de Betty Bonifassi en 2015. Mais à chaque fois, elle restait muette.

«Depuis la 5e année que je fais des auditions et que ça ne fonctionne pas. Avec l’Union des artistes (UDA), si tu n’as pas eu un rôle parlé avant l’âge de 16 ans, cela te désavantage. Quand j’ai eu 16 ans, je n’avais pas eu de rôles parlés mais on s’est donné une dernière année, mais j’étais tannée de passer des auditions et que ça ne fonctionne pas»

Van Lab

Pour les auditions de Van Lab, Amély devait d’abord faire parvenir à la production une vidéo d’elle afin de démontrer sa personnalité. Après avoir réalisé une cinquantaine de prises, elle décide finalement d’envoyer la dernière. Deux semaines plus tard, son agente l’informe qu’on a bien aimé sa vidéo et qu’on souhaite la rencontrer en audition à Montréal. Elle s’y présente en novembre 2019.

«Ça s’est vraiment bien passé. Tellement qu’on m’a ensuite invitée à participer à l’audition de groupe qui avait lieu dans la même journée. Nous étions une dizaine de jeunes à réaliser des défis destinés à renforcer l’esprit d’équipe, comme de construire une structure en guimauves et en spaghetti».

Jumelée lors de la dernière épreuve de la journée à Lori’Anne et Antoine, la chimie s’est rapidement installée.

«Il fallait faire un retour sur ce que nous avions vécu au cours de l’après-midi, ce qui est en fait le concept de Van Lab. Étant réservée, je pensais ne pas avoir pris assez de place. Quand j’ai appris, deux ou trois semaines plus tard, que j’étais choisie et qu’Antoine et Lori’Anne l’avaient aussi été, j’ai capoté!»

Amély étudie actuellement les sciences de la nature au Collège Lionel-Groulx. Elle espère poursuivre sa carrière devant les caméras, mais comme elle le dit aux plus jeunes qui lui demandent conseil, «si ça doit arriver, c’est sûr que ça va t’arriver ».

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours Gagnez vos sorties resto
- PUBLICITÉ -
Top