- PUBLICITÉ -
Notes du calepin – 6 novembre 2013

Notes du calepin – 6 novembre 2013

Devinez quoi? Il sera question d’élections municipales! Eh oui! Ces fameuses élections, qui suivaient ces nombreuses révélations douteuses à la commission Charbonneau qui ont ébranlé le monde municipal, n’auront finalement pas suscité plus qu’il ne faut l’intérêt des électeurs. Ceux‑ci furent, en effet, timides à se rendre aux urnes, bien que ce taux de participation ait légèrement augmenté de 5 % à travers le Québec, pour se situer aux alentours de 50 %. Dans la région immédiate, ce taux de participation est cependant sous cette barre des 50 %, exception faite de Saint-Placide où il a été de 65,6 %. Des chiffres? Mirabel: 38,8 %; Saint-Eustache: 45,1 %; Deux-Montagnes: 46,7 %; Sainte-Marthe-sur-le-Lac: 46 %; Pointe-Calumet: 37,1 %; Saint-Joseph-du-Lac: 41,3 %; et Oka: 48,7 %. C’est peu, beaucoup trop peu! À croire que les gens s’en foutent royalement, peu importe ce que l’on fait de leur argent. Serions-nous devenus à ce point désabusés de la politique? Difficile à comprendre…

Cela dit, des électeurs ont tout de même pris la peine, en ce beau dimanche pas chaud, mais ensoleillé, du mois de novembre, d’aller noircir leur bulletin de vote. Pas de grandes surprises dans les faits, puisque tous les maires sortants ont été réélus: Pierre Charron à Saint-Eustache, Sonia Paulus à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, Denis Gravel à Pointe-Calumet, Richard Lalonde à Oka et Denis Lavigne à Saint-Eustache. Exception faite de M. Lalonde à Oka qui a obtenu une courte majorité de 37 voix, tous l’ont emporté sans difficulté. Trois nouveaux maires ont été élus, puisque leurs prédécesseurs avaient décidé de ne pas solliciter un nouveau mandat. Les nouveaux élus sont Denis Martin à Deux-Montagnes, Benoit Proulx à Saint-Joseph-du-Lac et Jean Bouchard à Mirabel. Pas de grandes surprises dans l’ensemble. Même que ceux qui étaient à la tête d’une équipe sont assurés d’une majorité au sein de leur conseil municipal respectif. Bravo à eux, et souhaitons-leur un mandat où ils seront, comme ils l’ont dit à maintes reprises, véritablement à l’écoute des citoyens, et non à gouverner du haut de leur tour d’ivoire.

S’il y a eu une certaine surprise, c’est peut-être au niveau du phénomène des indépendants. Sur les 58 qui étaient toujours en élection, 14 l’ont emporté. Si l’on exclut les quatre candidats à Pointe-Calumet et les trois à Saint-Placide, où il n’y avait pas d’équipe sur les rangs, cela en fait seulement 7. Comme quoi les équipes ont toujours la cote et qu’il est difficile de se faire élire en faisant campagne seul.

Maintenant que ces élections sont passées, espérons que nos élus, dans leur municipalité respective, sauront gouverner sans cette partisanerie si peu constructive! Est‑ce rêver?

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top