- PUBLICITÉ -
Notes du calepin – 6 avril 2011

Notes du calepin – 6 avril 2011

Pour poursuivre sur ce voyage effectué en Espagne durant mes vacances hivernales, c’est donc à Barcelone que je me suis dirigé, après avoir passé six jours à Vielha pour faire du ski à Baqueira-Beret. D’une petite commune de 6 000 habitants, je me suis donc retrouvé dans une ville qui compte un million et demi d’habitants, trois millions en incluant la ceinture périphérique. Je m’attendais donc à retrouver un rythme plus trépidant. C’est évidemment le cas, mais je dois avouer qu’on n’y sent pas cependant le stress qui nous anime ici, en Amérique en Nord. Les gens sont généralement très relax, et ne sont pas impatients lorsqu’ils font la file pour payer l’épicerie. Même dans le métro, on ne voit pas les gens tenter de gagner, comme ici, cette petite seconde...

@font-face { font-family: « Times New Roman »; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: Helvetica; }table.MsoNormalTable { font-size: 10pt; font-family: « Times New Roman »; }div.Section1 { page: Section1; }

Et une visite à Barcelone ne peut se faire sans découvrir le fameux temple de la Sagrada Familia (Sainte Famille), œuvre pour laquelle l’architecte Antoni Gaudi, né en 1852, a consacré de plus 40 ans de sa vie, de 1883 à 1926. Devenu le symbole même de Barcelone, le temple est le monument le plus visité de Barcelone (2,7 millions de visiteurs en 2008). Il faut l’avouer, le bâtiment, dont la construction se poursuit toujours de nos jours, est tout à fait impressionnant avec ses immenses tours et ses mille et un détails. En fait, pour dire vrai, l’architecte Gaudi, qualifié de génie du modernisme, a imprégné à Barcelone sa marque avec la construction de nombreux bâtiments, dont les plus importants et connus sont, outre la Sagrada Familia, les pavillons de la Finca Güell, le palais Güell, la Casa Batlló ou encore et la Casa Milà. Aussi, Gaudi a laissé en héritage le fameux parc Güell, du nom de son mécène et protecteur, qui le chargea de la construction d’une ville jardin sur les versants du mont Carmel pour la bourgeoisie catalane.

•••

Aussi, une visite à Barcelone signifie qu’il faut découvrir sa cathédrale, située dans la Ciutat Vella (Vieille Ville), qu’il faut parcourir la Rambla, l’avenue la plus fréquentée de Barcelone. Celle-ci part de la place de Catalunya, point névralgique de Barcelone, et débouche, 1,2 km plus loin, sur la mer Méditerranée, où, entre autres, un monument haut de 60 mètres est dédié à Christophe Colomb. On peut y monter en ascenseur pour voir, à 50 m de hauteur, la ville de Barcelone sous un point de vue différent. Bien évidemment, tout au bout, il y a la mer Méditerranée que les Barcelonais se sont réappropriée à l’occasion des Jeux olympiques d’été de 1992. Il faut aussi se rendre la montagne de Montjuïc, un espace vert situé au sud de la ville, face à la mer. On y retrouve le château du même nom, de nombreux jardins, ainsi que le Stade olympique et l’anneau olympique. C’est immense, et fort impressionnant.

•••

Si les bâtiments et monuments témoignent de l’histoire d’une ville, et que l’on se doit de voir lorsqu’on la visite, j’aime surtout m’y promener. Il y a tant à voir: ces nombreuses boutiques et magasins, parfois forts étonnants, ces petits bistrots, ces restaurants, ces façades de maison, ces gens qui animent la ville. Bref, Barcelone est une fort belle ville et j’espère que vous aurez l’occasion de la visiter un jour! Sur ce, ¡Hasta la próxima!

•••

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top