- PUBLICITÉ -
Notes du calepin – 4 juillet 2012

Notes du calepin – 4 juillet 2012

Je ne suis pas le premier à l’écrire, et sûrement pas le dernier. N’empêche. Je trouve toujours assez irréaliste et ridicule de voir un joueur de hockey, de soccer, de baseball ou de football se faire offrir des millions de dollars lorsque vient le temps de renouveler son contrat. Cela a été le cas ces derniers jours, alors que la date du 1er juillet était le début de la «chasse» aux joueurs autonomes dans la Ligue nationale de hockey (LNH). Quelques gros contrats ont été signés avant cette date: ceux de Sidney Crosby, qui a signé une prolongation de contrat de 12 ans, d’une valeur de 104,4 millions de dollars avec les Penguins de Pittsburgh, et le gardien de but Jonathan Quick, qui lui, a paraphé un contrat de 10 ans évalué à 58 millions de dollars avec les Kings de Los Angeles, nouveaux champions de la Coupe Stanley. La plus spectaculaire des signatures, et même pas à un joueur autonome sans restriction, est certainement celle conclue avec le gardien de but Carey Price, du Canadien de Montréal, qui gagnera pas moins de 36 millions de dollars au cours des six prochaines années. C’est beaucoup d’argent pour un jeune homme de 24 ans qui n’a pas encore tout prouvé. Avec un salaire annuel de 50 000 $, un travailleur doit prévoir 20 ans pour accumuler un seul million de dollars! Bien sûr, Carey Price a demandé et négocié, et n’a pas «forcé» la direction du Canadien de Montréal à lui accorder ce contrat. Pas plus que tous les autres joueurs qui ont des contrats faramineux en poche. Y compris un certain Scott Gomez. N’empêche, c’est beaucoup d’argent pour des joueurs qui n’offriront pas toujours leur 110 % chaque soir, comme on dit. À comparer, j’ai davantage d’admiration pour un Tiger Woods ou un Roger Federer qui, pour gagner ses millions de dollars, n’ont qu’eux, sur le terrain, pour les mériter. Et cela, sur une période de plusieurs jours et pendant de longues heures de compétition! Mais bon, comme on dit aussi, «the show must go on»…

Comme c’est le cas chaque année, la chronique Notes du calepin fera relâche au cours des quatre prochaines semaines, en même temps que fera relâche votre hebdo LA CONCORDE. Je vous souhaite donc de passer d’excellentes vacances estivales, si celles-ci se déroulent en juillet ou au début août. Bien entendu, le temps des vacances, c’est le temps de se reposer, de découvrir de nouveaux attraits touristiques (et pourquoi pas ceux qui sont situés chez nous dans la région?), de s’offrir du bon temps. Tout cela, bien évidemment dans la bonne humeur et avec le souci de faire preuve de prudence lorsque vient le moment de prendre le volant! Ce serait quand même bête de gâcher ses vacances estivales pour un verre en trop, n’est-ce pas? Sur ce, bonnes vacances et au plaisir de se revoir au mois d’août prochain!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top