- PUBLICITÉ -
Notes du calepin – 28 mars 2012

Notes du calepin – 28 mars 2012

Un ancien ministre libéral provincial qui devient le nouveau chef du Nouveau Parti démocratique (NPD). Un ancien premier ministre provincial néo-démocrate qui est actuellement chef intérimaire du Parti libéral du Canada. Un ancien réformiste devenu premier ministre du Canada à la tête du Parti conservateur du Canada. On pourrait même ajouter un ancien ministre fédéral progressiste-conservateur élu plus d’une fois avec le Parti libéral du Québec comme premier ministre québécois. Difficile de s’y retrouver, n’est-ce pas? Vous aurez évidemment reconnu, dans l’ordre, Thomas Mulcair, Bob Rae, Stephen Harper et Jean Charest. Il n’y a pas que dans le merveilleux monde du sport, semble-t-il, où l’on change d’équipe…

 

Une petite entrée en matière pour souligner le fait que Thomas Mulcair, député d’Outremont, aura finalement réussi son pari de devenir au bout d’une (trop longue) campagne de sept mois, le nouveau chef du NPD à la suite du décès de Jack Layton. Un pari gagné, mais aussi tout un défi à relever au cours des prochaines années puisque le NPD aspire, plus que jamais, à succéder à Stephen Harper lors des élections fédérales de 2015. Et donc à damer le pion aux libéraux fédéraux qui risquent fort bien d’être encore dirigés par un certain Bob Rae. Après avoir savouré cette victoire, M. Mulcair devra maintenant faire la preuve qu’il a la stature d’un premier ministre et que sa formation peut proposer un programme électoral crédible et réalisable, qu’il est en mesure de pouvoir conserver les 58 sièges détenus au Québec et qu’il peut appliquer la «recette québécoise» dans les autres provinces canadiennes. Il ne faut pas s’en cacher, si le NPD a connu un tel succès lors des élections de mai 2011, c’est d’abord et avant tout grâce à Jack Layton et à son charisme, grâce aussi à un ras-le-bol envers le Bloc québécois. Déjà, les sondages ont montré que les appuis au NPD ont diminué au Québec. La tâche n’en sera que plus difficile pour M. Mulcair, qui, avant même d’être élu nouveau chef du NPD, a eu droit à de premières attaques de la part des conservateurs. L’arrivée de M. Mulcair, qui devra se méfier surtout de lui-même, aiment à répéter les observateurs politiques, est donc annonciatrice de beaucoup d’action au cours des prochaines semaines à Ottawa. C’est toujours ça de gagné pour le moment!

 

Le congrès du Nouveau Parti démocratique aura été l’occasion pour cette formation politique de faire voter ses membres via Internet. Mais, on le sait, le système de vote électronique mis en place par le NPD pour le choix de son nouveau chef a été attaqué par des pirates, avec pour résultat que les troisième et quatrième tours de scrutin ont été retardés de plusieurs heures. Comme quoi le bon vieux bulletin de vote en papier est, au bout du compte, et malgré l’attrait des nouvelles technologies, toujours bien fiable!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top