- PUBLICITÉ -
Notes du calepin – 23 janvier 2013

Notes du calepin – 23 janvier 2013

C’est avec grand plaisir que je renoue avec vous à la suite de ces quatre semaines de relâche de votre hebdo LA CONCORDE. Et c’est aussi âgé d’un an de plus que je signe ces Notes du calepin. En effet, janvier me rappelle que l’on vieillit tous. Et ç’a été le cas pour moi, le 18 janvier dernier, avec ce 53e anniversaire de naissance. Eh oui! Aussi, même si le mois de janvier tire pratiquement à sa fin, permettez-moi de vous souhaiter malgré tout (il reste tout de même encore 11 mois à passer) une bonne et heureuse année 2013 avec tout ce que cela suppose. Mes souhaits n’ont peut-être rien d’original, mais sont combien importants: santé et bonheur!

L’année 2013 est encore toute jeune, mais déjà il y a du matériel qu’un bon Bye Bye digne de ce nom pourrait prendre en considération. Il y a, bien sûr, ces désolants «aveux et excuses» de Lance Armstrong faits à Oprah Winfrey, mais que dire de cette rencontre au sommet, le 16 janvier dernier, entre «sa majesté» Stephen Harper et les deux gagnants de la téléréalité Occupation double, cuvée 2012? Ainsi, Andréanne Marquis et Hubert Harvey, main dans la main, comme le montre la photo qui a été mise en ligne sur le compte Twitter du premier ministre, ont eu droit à cette visite dans le bureau même de M. Harper. Ce n’est pas rien! J’aurais personnellement préféré une rencontre au sommet dans le jacuzzi… pour la photo que cela aurait donnée!

Vous avez sans doute été nombreux à lire, dans votre hebdo L’ÉVEIL du 5 janvier dernier, ce reportage de notre journaliste Reine Côté sur le jeune Charles-Émile Lafleur, un jeune Eustachois de 15 ans qui campe l’un des personnages dans le film Les Pee-Wee 3D: L’hiver qui a changé ma vie, toujours à l’affiche dans les salles de cinéma. Le jeune acteur est aussi connu pour incarner l’un des trois garnements de la série Les mal élevés, diffusée à VRAK.TV. Ce qu’il est bon d’ajouter, c’est que Charles-Émile Lafleur fait partie des comédiens de l’Agence Louise Hébert, maintenant basée à Saint-Sauveur. Dans ce même film, il y a aussi le Mirabellois Gabriel Verdier dans l’un des premiers rôles et qui fait partie de la même agence. Mme Hébert est connue dans la région immédiate pour avoir résidé 12 ans à Saint-Eustache et avoir fondé, en 1984, l’École de théâtre du Vieux-Saint-Eustache qui s’appelait alors École théâtrale Louise Hébert. En 1997, elle s’en départit pour fonder sa propre agence. Parmi les jeunes qu’elle a eus sous son aile, mentionnons Mahée Paiement à ses débuts dans le film Bach et Bottine, Samuel Landry et Bianca Gervais, aujourd’hui bien connus. Pour en savoir davantage sur ce qu’est devenue l’Agence Louise Hébert: [www.agencelouisehebert.ca].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top