- PUBLICITÉ -
Notes du calepin - 19 décembre 2012

Notes du calepin – 19 décembre 2012

À quelques jours de Noël, une période de l’année qui se veut heureuse, c’est évidemment avec beaucoup plus d’horreur que tous ont pris connaissance de cette terrible et incompréhensible tuerie dans cette école américaine de Newtown, au Connecticut. C’est toujours horrifiant de voir de tels drames se produire, et encore plus cette fois-ci quand on sait que 20 jeunes enfants de 6 et 7 ans, qui fréquentaient cette école primaire, sont du nombre des 26 malheureuses victimes. Il est toujours difficile de comprendre pourquoi ces gens apparemment sans histoire ont choisi de se transformer en tueurs fous, sans égard à toute la peine qu’ils feront aux proches des victimes.

Évidemment, comme c’est le cas chaque fois, le contrôle des armes à feu fait à nouveau surface, aux États-Unis, bien sûr, où un massacre d’une telle ampleur n’est pas le premier à survenir, mais aussi au Canada, au Québec et partout dans le monde. Qu’une personne ait le droit d’acheter en toute liberté une arme équipée d’un chargeur de 30 balles est totalement incompréhensible. Je me rappelle encore de cette longue et immense bannière illuminée de l’autoroute 90 (le Massachusetts Turnpike), située aux abords du stade de baseball de Boston, le Fenway Park, proposant l’achat d’armes à feu. C’était comme tout à fait illogique pour moi que de voir de telles annonces en vue de la sorte. Heureusement, à ma dernière visite à Boston, en septembre 2011, la bannière n’était plus là.

Mais, le Québec n’est pas plus à l’abri de telles tueries. Les évènements survenus à l’École polytechnique de Montréal (14 morts, toutes des femmes, et 14 blessés, dont 10 femmes et le tueur, en 1989), à l’Université Concordia (quatre morts et un blessé en 1992) et au collège Dawson (deux morts, dont le tueur, et une vingtaine de blessés en 2006) en font tristement foi. Il n’y a évidemment pas de solution miracle, mais il y a certainement un moyen de contrôler de façon beaucoup plus serrée l’acquisition de telles armes. Le registre des armes à feu, dont souhaite se doter le Québec à partir des données du registre canadien que le gouvernement de Stephen Harper a sabordé pour plaire à son électorat de l’Ouest canadien, peut s’avérer un moyen. Non pas une solution. Bien sûr, mes pensées accompagnent les familles et les proches de ces innocentes victimes.

Changeons de sujet pour tout simplement vous mentionner que la chronique Notes du calepin fera relâche au cours des quatre prochaines semaines. Elle sera de retour avec la première édition de l’année 2013 de votre hebdo LA CONCORDE, qui fait aussi relâche, le 23 janvier prochain. D’ici là, je vous souhaite une très joyeuse période des Fêtes. Prudence et sobriété demeurent cependant toujours de mise en cette période de l’année, encore plus si l’on a à prendre la route. Sur ce, joyeux Noël et bon début d’année 2013!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top