- PUBLICITÉ -

anciennes publications

Toponymie mirabelloise #2: Saint-Augustin et Sainte-Monique

Cette semaine, dans le cadre d’une deuxième capsule portant sur la toponymie mirabelloise, il sera question des secteurs de Saint-Augustin et de Sainte-Monique. Ces territoires de la région prennent le nom d’un fils et d’une mère, mais plus particulièrement de personnages historiques qui, comme Benoît et Scholastique, ont eu une influence considérable pour la religion chrétienne (catholique et orthodoxe).

Toponymie mirabelloise: Benoît et Scholastique… qui sont-ils?

La toponymie est, selon la définition du dictionnaire Le Robert, l’étude des noms de lieux d’une région donnée, d’une langue. La Ville de Mirabel est composée de plusieurs secteurs qui furent nommés afin de rendre hommage à des canonisés, des personnages qui ont marqué l’histoire de la religion chrétienne. Dans ce premier papier, il sera question de Saint-Benoît et de Sainte-Scholastique, deux villages qui prennent les noms de Benoît de Nursie et de sa sœur et religieuse catholique, Scholastique.

- PUBLICITÉ -

Un artiste et des projets à surveiller: Ce n’est pas fini pour Fred Dionne

Le jeune artiste Frédéric Dionne, originaire de Saint-Joseph-du-Lac, était récemment de passage à l’émission populaire Star Académie, qui, après plusieurs années, a effectué un retour attendu sur les ondes télévisuelles québécoises. Celui qui habite le secteur de Saint-Augustin, à Mirabel, a terminé son aventure dans le top 30 des candidats au Québec, ce qui représente, nul doute et malgré tout, une grande fierté.

Centre de formation continue des Patriotes: L’art au service de l’estime de soi

Depuis maintenant un an que la Thérésienne Sophie Bergeron enseigne l’art à des adultes souffrant d’une déficience intellectuelle ou atteints d’autisme, au Centre de formation continue des Patriotes (CFCP), situé à Deux-Montagnes. Le fait, pour ces individus exceptionnels, de se présenter à l’école trois jours par semaine leur permet de briser l’isolement, bien sûr, mais surtout de s’épanouir comme être humain en développant leur estime de soi.

Francine Allard: On ne confine pas l’imaginaire

Elle a tant écrit et tant publié, depuis les trente dernières années, qu’elle peut désormais s’offrir le luxe de l’approximation : en incluant les collaborations, à peu près 70 titres. Mais Francine Allard n’a pas l’intention de s’arrêter là. Elle a trois autre romans en chantier et quatre manuscrits chez les éditeurs.

- PUBLICITÉ -