- PUBLICITÉ -

anciennes publications

Undertaker

Je ne sais pas pour vous, mais moi, j’aime toujours regarder un bon film western. Et pour faire un bon western, cela prend des bons, des brutes et des truands. Le réalisateur Sergio Leone, pour un, l’avait bien compris. Mais voilà, les westerns semblent être révolus à l’ère des superhéros et de la science-fiction. C’est vrai au cinéma, et c’est aussi vrai en bande dessinée, où les séries westerns se font plutôt rares. On s’ennuie beaucoup d’un certain lieutenant Blueberry, à vrai dire. Heureusement qu’il y a Jonas Crow qui s’amène dans le décor!

Les beaux étés: Cap au sud!

«Elle court, elle court, la maladie d’amour. Dans le cœur des enfants, de sept à soixante-dix-sept ans… Elle chante, elle chante, la rivière insolente, qui unit dans son lit, les cheveux blonds, les cheveux gris…» C’était en 1973, et la chanson La maladie d’amour, de Michel Sardou, était numéro 1 sur toutes les radios francophones. Comme c’est souvent le cas, une chanson marque souvent un moment précis d’une vie. Et cette chanson de Michel Sardou, c’est justement le fil conducteur de cette jolie tranche de vie que nous proposent le scénariste Zidrou et le dessinateur Jordi Lafebre avec l’album Cap au sud! (Dargaud), premier album d’une nouvelle série qui a pour titre Les beaux étés.

Gaston Lagaffe et monsieur De Mesmaeker

Ils sont plusieurs à avoir évidemment marqué le merveilleux monde du neuvième art au fil des décennies. Parmi eux, il ne faut surtout pas omettre le nom d’André Franquin, auteur belge qui a débuté dans la bande dessinée en 1946. On lui doit l’excellente reprise des aventures de Spirou et Fantasio, en plus d’avoir créé de savoureux personnages avec Modeste et Pompon, le Marsupilami et Gaston Lagaffe en tête. Mais, il ne faut pas oublier les personnages secondaires que celui-ci a imaginés. Parmi eux, monsieur De Mesmaeker qui va malheureusement croiser Gaston Lagaffe dans ses innombrables tentatives de signer ce fameux contrat!

Kid Lucky

L’année 2016 sera assurément celle de Lucky Luke, le très populaire cowboy solitaire. En effet, c’est au mois de décembre prochain que celui qui tire plus vite que son ombre soufflera les bougies de son 70e gâteau d’anniversaire.

Angry Birds et autres suggestions de Noël

Le temps des Fêtes est finalement à nos portes. En effet, dans quelques jours à peine, ce sera Noël, avec tous les moments de réjouissance qu’il apporte. Moments de réjouissance qui se traduisent, bien sûr, par un joli cadeau bien emballé et placé sous le sapin de Noël.

- PUBLICITÉ -

Le chat du rabbin

Que diriez-vous si votre chat avait le don de la parole? Ou plutôt, que croyez-vous qu’il vous dirait? Voilà, les chats n’ont pas le don de la parole dans la vraie vie. Mais, un jour, le bédéiste français Joann Sfar a décidé d’imaginer un personnage pour le moins particulier: le chat du rabbin. Et, bien sûr, le félin en question – qui n’a pas de nom proprement dit et que l’on retrouve dans l'Alger du début du XXe siècle – peut soudainement parler… après avoir dévoré le perroquet de la maison. Depuis, il peut dialoguer avec le rabbin.

Promise – La Bête du Lac

Vous le savez déjà, nos auteurs québécois de bandes dessinées sont de plus en plus présents en Europe, où plusieurs maisons d’édition ont choisi de leur faire confiance, que ce soit au scénario, aux dessins ou comme coloriste. On n’a qu’à penser à Delaf et Dubuc, avec la série Les Nombrils, Thierry Labrosse, avec la série Moréa, ou encore Jacques Lamontagne, avec la série Les Druides.

Aspic, détectives de l’étrange

La bande dessinée est le refuge de nombreux duos de personnages. Bien sûr, on pense immédiatement à Tintin et au capitaine Haddock, à Astérix et Obélix, à Spirou et Fantasio. Mais il y a aussi Tif et Tondu, Valérian et Laureline, Dog Bull et Kid Ordinn, Prunelle et Gaston Lagaffe, pour nommer que ceux-là… Souvent, l’un est le héros de la série, alors que l’autre est parfois maladroit, colérique, distrait, drôle. Et l’autre devient souvent le préféré des lecteurs.

L’avocat – L’agent Jean ou Jon le Bon

Surnommé LSD, Léopold Sully-Darmon est l'avocat le plus célèbre du barreau de Paris et le plus prisé des médias qui se l’arrachent à la fin des procès qu’il a l’habitude de gagner. C’est qu’il est reconnu pour défendre la veuve et l’orphelin, les petites gens, et même les immigrants. Son plus récent fait d’armes est d’avoir réussi à obtenir une peine d’un an avec sursis pour sa cliente musulmane qui était accusée d’avoir poignardé son mari intégriste. Fort de ce nouveau succès, il s’apprête maintenant à défendre, à la demande de l’un de ses anciens clients, une femme, ex-officier dans l'armée de Saddam Hussein, accusée d'acte de torture sur des prisonniers qui sont aujourd'hui réfugiés en France.

La petite patrie

Après avoir fait revivre, avec le scénariste Olivier Bocquet, un personnage phare de la littérature française, avec la trilogie La colère de Fantômas (Dargaud), laquelle a pris fin en janvier dernier, voilà que la dessinatrice Julie Rocheleau met ses crayons et son talent au service d’un roman fort populaire de la culture québécoise, La petite patrie. 

- PUBLICITÉ -