- PUBLICITÉ -
Vente des bas-reliefs au Musée de la civilisation de Québec

Voici l’une des sculptures de bois polychrome que l’on retrouvait dans les petites chapelles du Calvaire d’Oka.

Vente des bas-reliefs au Musée de la civilisation de Québec

Patrimoine religieux d’Oka

C’est maintenant officiel, les sept bas-reliefs qui se trouvaient sur le site du Calvaire d’Oka deviennent la propriété du Musée de la civilisation de Québec. L’entente de vente a été convenue le samedi 5 mars dernier entre les parties. La Fabrique d’Oka, propriétaire des œuvres, va recevoir une somme de 150 000 $ pour l’acquisition. «On est content des résultats des démarches tant pour les œuvres que pour la paroisse», de mentionner Martin Tremblay, curé de la paroisse Saint-François d’Assise.

Les bas-reliefs sont des sculptures de bois polychrome et date de 1775. Les sept pièces ont été sculptées par François Guernon, alias dit Belleville. Les marcheurs du parc du Calvaire d’Oka ont eu la chance de les voir sur le site, dans les petites chapelles. Il faut savoir que le site du Calvaire est la propriété du parc d’Oka. Seules les pièces religieuses appartenaient à la Fabrique d’Oka. «Sur le site du Calvaire, les bas-reliefs étaient nos seules possessions», de préciser le curé de la paroisse.

Le processus de vente des pièces a commencé en octobre 2010. À cet instant, la Fabrique d’Oka avait informé l’ensemble des musées du Québec de son intention de se départir des oeuvres. «Le Musée de la civilisation de Québec est le seul qui a fait une offre d’acquisition pour les bas-reliefs», de mentionner Martin Tremblay.

«Les trésors nationaux, en particulier le riche patrimoine religieux, doivent être sauvés, conservés et protégés par des institutions d’ici au bénéfice du public d’ici. Dans cet esprit, il était important pour le Musée de la civilisation d’acquérir cette collection de bas-reliefs. En tant qu’institution nationale et par son mandat même, le Musée est en mesure de rendre accessible ces biens culturels à l’ensemble de la communauté», de préciser Michel Côté, directeur général du Musée de la civilisation de Québec.

En plus de verser les 150 000 $, le Musée de la civilisation s’engage à restaurer les bas-reliefs, les exposer à Québec, en plus d’organiser une tournée aux quatre coins du Québec. Les pièces seront retournées par la suite à la Paroisse Saint-François d’Assise pour le plaisir des yeux des paroissiens. «L’argent va nous permettre d’effectuer des travaux de réfection de la toiture», explique Martin Tremblay, indiquant que l’église pourrait avoir besoin d’autres travaux par la suite, dont la restauration des luminaires.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top