- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Usine d’alimentation en eau potable: Pas d’appel d’offres pour le moment à Oka

Dans une courte lettre datée du 14 mars dernier, le ministère des Affaires municipales, des Régions et de l’Occupation du territoire (MARMOT) vient d’enjoindre la Municipalité d’Oka à «ne pas entamer d’appel d’offres» dans le dossier de l’agrandissement de l’actuelle usine d’alimentation en eau potable tant que certains «éléments n’auront pas été éclaircis».

C’est le conseiller municipal indépendant du district de la Pinède, Pascal Quevillon, qui a remis en question ce projet au cours de la dernière élection municipale et au cours des mois qui ont suivi son élection, qui a obtenu copie de cette lettre du MARMOT via la Loi sur l’accès à l’information le 28 mars dernier. La Municipalité d’Oka lui a aussi transmis cette même lettre, mais en date du 4 avril dernier.

Selon M. Quevillon, cette lettre fait suite à un courriel envoyé le 28 février dernier par François Payette, directeur à la Direction aux infrastructures au MARMOT à Montréal, à la directrice générale Marie Daoust et à l’ex‑maire Richard Lalonde, demandant à la Municipalité d’Oka de «retarder l’appel d’offres en avril afin d’analyser les documents qui nécessitera plus de temps que prévu».

Dans sa lettre du 14 mars, le MARMOT dit, dans un premier temps, n’avoir «constaté aucune irrégularité à l’égard des documents que la Municipalité a soumis au Ministère» et que «la décision d’abandonner les installations actuelles situées dans le parc [national d’Oka] repose sur différents échanges entre les organismes impliqués qui nous ont permis de conclure à remplacer le système d’approvisionnement actuel».

Signataire de cette lettre, François Payette ajoute cependant que «de nouvelles informations nous ont toutefois été transmises permettant de remettre en question la solution. De même, l’examen des plans et devis actuellement en cours suscite d’autres interrogations».

Rappelons que la Municipalité d’Oka souhaite agrandir l’actuelle usine d’alimentation en eau potable afin de desservir à la fois les secteurs village et paroisse, et plus seulement le secteur village. Quant au secteur paroisse, il est actuellement desservi par des puits artésiens appartenant au ministère du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs (MDDEFP) et situés dans le Parc national d’Oka.

Selon le conseiller municipal Pascal Quevillon, il en coûterait moins cher, et pour la Municipalité d’Oka et pour les citoyens, de desservir les deux secteurs à partir des puits du Parc national d’Oka et la qualité de l’eau n’en serait, à son avis, que meilleure.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top