- PUBLICITÉ -
Une nouvelle vie pour l’abbaye d’Oka

Des membres de la Famille Marie-Jeunesse, une communauté religieuse catholique du Québec.

Une nouvelle vie pour l’abbaye d’Oka

Offre de la Famille Marie-Jeunesse

L’abbaye d’Oka pourrait bien être vendue et conserver sa vocation religieuse comme le souhaitait la Corporation de l’abbaye d’Oka (CAO). En effet, celle-ci a accepté l’offre d’acquisition de la Famille Marie-Jeunesse, une communauté religieuse catholique du Québec.

Depuis le départ des moines d’Oka, en 2009, pour l’abbaye de Val-Notre-Dame, les difficultés financières de la CAO ne sont plus un secret pour personne. L’annonce de cette offre d’acquisition est donc une bonne nouvelle pour la Municipalité d’Oka, mais surtout pour la CAO, dont la mission était justement de trouver preneur pour l’abbaye.

Le président de la CAO, Gaétan Haché, confirme que depuis trois ans, l’organisme travaillait fort pour trouver un acquéreur qui voudrait conserver la vocation du bâtiment et son patrimoine. Malgré les dettes qui se sont accumulées, M. Haché s’est dit heureux que la Corporation ait réussi à maintenir l’établissement grâce aux différentes activités de location. Avec l’officialisation de la vente, les dettes se régleront d’elles-mêmes, confirme-t-il. Il reste toutefois prudent quant à la suite des choses, puisque l’offre n’a pas encore été notariée.

Une communauté jeune

Du côté du diocèse de Saint-Jérôme, Mgr Pierre Morissette qualifie la nouvelle «d’excellente». «Je rêvais depuis un bout de temps de l’arrivée d’une communauté comme celle-là qui redonnerait la vocation religieuse à cette bâtisse», a-t-il mentionné, en entrevue.

En parlant de la Famille Marie-Jeunesse, Mgr Morissette indique qu’il s’agit d’une communauté qui a un «charisme particulier», qui est «jeune et enthousiaste». La Famille Marie-Jeunesse compte autour de 150 membres provenant d’une dizaine de pays et répartis dans cinq maisons (Sherbrooke, Québec, Belgique, île de La Réunion et Polynésie française). Elle voit à l’accueil de jeunes âgés de 15 à 30 ans qui, à travers ses différentes activités, reçoivent une formation humaine, spirituelle et académique.

La communauté organise dans ses locaux et infrastructures de l’ancien monastère franciscain, à Sherbrooke, des séjours de ressourcement, des rassemblements, des activités sportives et de loisirs.

Le porte-parole de la Famille Marie-Jeunesse, le père Francis Gadoury, indique que la communauté avait besoin de plus d’espace pour ses membres. Sa démarche de relocalisation a débuté en 2007 et c’est avec optimisme qu’il entrevoit les prochains mois.

D’ici la signature de l’acte de vente, des pourparlers entre les parties se poursuivront afin de respecter le cadre de l’entente de vente, le tout à la satisfaction de l’acquéreur et du vendeur. «En envisageant le scénario le plus rapide, nous espérons pouvoir acquérir l’abbaye au début de l’automne. À partir du moment où nous serons officiellement propriétaires, nous pourrons envisager l’exécution des rénovations qui sont requises», a précisé le père Gadoury.

Enfin, celui-ci a assuré vouloir poursuivre la mission de sa communauté à Oka et peut-être de l’élargir afin de profiter des atouts de la région, comme la culture des terres, de l’érablière et du verger. «Avec le magasin, ce serait une façon d’assurer un roulement économique, puisque nos activités sont suggérées à prix modiques pour permettre aux jeunes d’y participer», fait-il savoir.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top