- PUBLICITÉ -
Une nouvelle poursuite de 4,95 M$ est déposée contre la Ville

Le Domaine de maisons modulaires Deux-Montagnes a été durement touché par les inondations du printemps et ses propriétaires ont intenté une poursuite d’un montant de 2,4 M$ contre la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

Inondations à Sainte-Marthe-sur-le-Lac: Une nouvelle poursuite de 4,95 M$ est déposée contre la Ville

La Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac n’est pas au bout de ses peines, elle qui voit le nombre de poursuites s’accumuler à la suite du bris de la digue qui a permis à l’eau du lac des Deux Montagnes de s’engouffrer à la vitesse de l’éclair dans les rues, le soir du 27 avril dernier. La plus récente est celle d’un avocat de Rosemère, Guillaume Charron, représentant à lui seul un groupe de 27 citoyens dans une poursuite de 4,9 M$ déposée devant la Cour supérieure le 28 octobre dernier.

Chacun des groupes de demandeurs, 15 en tout, demande 250 000 $ pour les dommages matériels et moraux subis, ainsi que pour la perte de la valeur de l’immeuble, alors qu’un autre demandeur réclame 20 000 $. Aussi, on demande une somme totale de 1,2 M$ en dommages punitifs. Il s’agit de premières estimations et les montants réclamés seront, d’indiquer Me Charron, évalués au fur et à mesure que le dossier évoluera. Pour le moment, cette poursuite s’élève à elle seule à un peu plus de 4,95 M$.

«Les défendeurs ne pouvaient ignorer qu’une crue des eaux pouvait causer un dommage irréversible, mais ceux-ci n’ont pas pris les moyens nécessaires, malgré ces deux rapports, afin de protéger sa population. À la lecture même de ces rapports, des mesures de sécurité auraient pu être mises en place afin d’éviter l’événement du 27 avril 2019, mais les défendeurs, par leur négligence et leur faute, n’ont pas pris les moyens nécessaires afin d’éviter de telles inondations» , peut-on lire dans cette poursuite dont votre hebdo L’ÉVEIL a obtenu copie.

Des poursuites totales de presque 30 M$

Ajoutée à celle de l’avocat Guillaume Charron, ce sont des poursuites totalisant presque 30 M$ qui ont été déposées à ce jour, sans compter la demande d’action collective qui pourrait être autorisée. En fait, ce sont 17 requêtes demandant un total de 29,2 M$ en dommages qui ont, jusqu’à maintenant, été intentées contre la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, selon ce que rapporte Le Journal de Montréal dans son édition du 24 novembre dernier. La MRC de Deux-Montagnes et le gouvernement du Québec, comme c’est le cas de la poursuite de l’avocat Guillaume Charron, sont également visés par certaines de ces poursuites, tout comme la Communauté urbaine de Montréal (CMM).

Du nombre, il y a aussi celle des propriétaires du Manoir du Lac, une résidence pour personnes âgées autonomes, d’un montant de 1,5 M$, et celle des propriétaires du Domaine de maisons modulaires Deux-Montagnes, là où la digue a cédé, d’un montant de 2,4 M$.

Une demande d’action collective

Quant à la demande d’action collective, celle-ci a été initiée le 10 mai dernier, par Richard Lauzon, un résidant de Sainte-Marthe-sur-le-Lac qui a vu les deux maisons dont il est propriétaire être inondées tout comme 2 500 autres le soir du 27 avril dernier. Au nom des citoyens touchés par ces inondations, M. Lauzon réclame 350 000 $ en dommages compensatoires et 50 000 $ en dommages punitifs pour chaque victime. On estime qu’environ 6 000 personnes ont dû être évacuées d’urgence le soir du 27 novembre.

Dans tous les cas, c’est la négligence de la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac qui est mise en cause; la demande d’action collective de Richard Lauzon soutenant même que «la rupture de la digue […] qui était endommagée et fragilisée avant l’inondation était prévisible» .

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top