- PUBLICITÉ -
Une formation sur l’alimentation pour une vision commune

Claire Bourgeois

Une formation sur l’alimentation pour une vision commune

Regroupement Québec en forme

Le Regroupement Québec en Forme Deux-Montagnes a organisé, le 28 novembre dernier, à l’intention des organismes communautaires du territoire, une formation en saine alimentation sur le thème L’alimentation chez les jeunes!; une vision commune.

Plusieurs intervenants œuvrant auprès des jeunes entre 0 et 17 ans se sont déplacés pour venir entendre la nutritionniste Brigitte Camden les entretenir de la meilleure façon d’aborder le sujet de la saine alimentation chez ce groupe d’âge.

L’objectif de cette conférence était de donner une vision commune aux intervenants du milieu, de leur donner de l’information sur le sujet et des outils afin, d’une part, de comprendre la situation actuelle de l’alimentation chez les jeunes et, d’autre part, leur donner des trucs et un cadre d’intervention.

Les sujets qui ont, entre autres, été abordés pendant la conférence ont été: Pourquoi intervenir?; Choix individuel ou de société?; C’est quoi bien manger?; L’image corporelle; Bien intervenir; Compétences à développer;et autres.

Émilie Forget, coordonnatrice du Regroupement Québec en forme Deux-Montagnes, explique: «Au Québec, près du quart des jeunes de 2 à 17 ans ont un excès de poids. L’augmentation de l’obésité dans la population et chez les jeunes est un phénomène préoccupant qui est en lien direct avec l’alimentation. Il est donc important pour nous d’offrir aux divers intervenants une formation en saine alimentation afin de se doter d’un langage et d’un message communs sur le territoire de la MRC de Deux-Montagnes».

La conférencière a notamment expliqué que la santé est l’absence de maladie et un mélange de saines habitudes de vie. Tout au long de ses interventions, elle a rappelé des bases et des termes faciles à transmettre aux jeunes. Plusieurs exemples concrets ont également été utilisés pour illustrer ses propos.

La formatrice a notamment insisté sur l’importance d’éviter la culture de l’interdit et d’adopter des habitudes, telles que d’éviter de manger devant la télévision, car on ressent alors moins les signaux de faim et de satiété. Éviter également d’utiliser les aliments pour punir ou récompenser, par exemple: «Mange ton brocoli si tu veux du dessert».

Un élément qui peut paraître surprenant a été soulevé, c’est le rôle des enfants dans l’alimentation et le «partage des tâches». Si les parents décident du «quoi», du «quand» et du «où» au niveau de la nourriture, les enfants décident du «combien» puisqu’eux, souvent, ressentent les signaux physiques de la faim.

Dans un des documents remis, on peut lire: «Si au repas, l’enfant retrouve du plaisir, de la sécurité, du réconfort et des encouragements, il voudra répéter l’expérience de manger en famille». Mme Camden a complété avec: «et il sera plus ouvert à la variété».

Elle a également insisté sur le fait de valider les connaissances alimentaires avec les jeunes et de partir de là, afin de leur donner de l’information supplémentaire.

Une formation qui a duré près de trois heures et qui était en mode interactif permettant ainsi aux intervenants de participer et de poser des questions.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top