- PUBLICITÉ -
Une députée péquiste déterminée

Denise Beaudoin: «Plusieurs dossiers se sont réglés grâce à mes interventions.»

Une députée péquiste déterminée

Bilan de Denise Beaudoin

La députée de Mirabel, Denise Beaudoin a fait le bilan de ses actions au cours des derniers mois, profitant aussi de l’occasion pour aborder ses dossiers défendus à Québec et les derniers évènements vécus lors du dernier congrès national du Parti québécois.

Satisfaite de son temps de présence dans le comté, Denise Beaudoin a indiqué: «La circonscription, je l’ai parcourue et je continue. Le plus beau compliment que j’ai reçu, c’est que je n’étais pas seulement là qu’en temps d’élection».

Les dossiers qui lui tiennent à cœur sont nombreux. Le manque de places en garderie en est un, avec les problèmes d’accréditation des CPE, qui ont été dénoncés en session parlementaire.

Les tournées des écoles effectuées par la députée l’inspirent. «C’est très intéressant d’entendre les jeunes du primaire parler d’intimidation ou de violence dans les sports», a-t-elle avancé.

Elle s’est aussi intéressée aux questions de santé que ce soit l’iniquité dans les Laurentides ou l’engorgement dans les urgences. Des rencontres avec le ministre Bolduc ont été faites à ce sujet. Elle a aussi soutenu l’idée d’augmenter les services pour le CLSC de Saint-Augustin.

La question du transport en commun est importante pour l’élue, entre autres, pour aider les aînés à se déplacer et profiter d’une gare. «J’ai toujours dit que la gare à Mirabel devrait être au bon endroit et de ne pas empiéter sur les terres agricoles inutilement, surtout quand on a le choix», a-t-elle affirmé vivement.

Elle soutient également l’importance de se doter d’une politique agricole afin d’assurer la souveraineté alimentaire. Sur le plan communautaire, Mme Beaudoin se dit sensible aux nombreuses coupures auxquelles les organismes doivent faire face. Sa présence a aussi été sous forme de marraine de plusieurs évènements sportifs et culturels.

Plusieurs accomplissements ont été faits à l’Assemblée nationale. La tenue de la commission Charbonneau sur la construction est un exemple. Mme Beaudoin a aussi participé au débat pour doter les pharmaciens de plus de pouvoir d’intervention.

Sensible aux questions d’environnement, dont celle des mines avec le projet de loi 14, elle a mentionné: «C’est inacceptable d’avoir une politique colonialiste. On veut un moratoire sur cette question. On veut revoir les redevances, éviter les sites orphelins et faire en sorte que l’acceptabilité sociale soit essentielle à l’implantation d’un projet», a-t-elle déclaré en citant le projet des gaz de schiste et le cas de la mine d’Oka.

À la suite du dernier congrès national du Parti québécois, la députée Beaudoin a affirmé: «C’est l’unité, ç’a été un congrès réussi. Le passé est derrière nous. Il y a une cohérence nouvelle. Je suis toujours fidèle à mon poste. Je n’ai pas pensé une seconde à quitter mon parti. J’ai d’ailleurs appuyé l’interdiction des transfuges».

Sur ce sujet, elle se fait claire et tranchante: «C’est de l’opportunisme et du non-respect pour les électeurs». Elle ajoute concernant la tempête des derniers mois dans le parti, «Les véritables changements sont au Parti québécois. On est dur et exigeant pour nos chefs, mais je savais qu’on allait s’en sortir plus fort.»

Denise Beaudoin passe maintenant en mode électoral où elle continuera d’être proche des gens, a-t-elle conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top