- PUBLICITÉ -
Un site Web anonyme réclame la démission du maire Lauzon.

Le maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon, photograhié lors de sa campagne électorale, en 2009.

Un site Web anonyme réclame la démission du maire Lauzon.

Les instigateurs? Les «citoyens de Deux-Montagnes»

La rumeur était dans l’air depuis quelque temps et a même circulé lors des séances du conseil municipal. C’est maintenant chose faite alors qu’un site Web réclamant la démission du maire de Deux-Montagnes, Marc Lauzon, est en ligne depuis quelques semaines déjà. Les instigateurs? Les «citoyens de Deux-Montagnes».

«Nous, soussignés, citoyens de Deux-Montagnes, demandons la démission de Marc Lauzon en tant que maire de la ville de Deux-Montagnes dans les plus brefs délais», peut-on y lire. Mais encore? Aucune mention quant aux personnes réelles responsables de cette initiative n’est faite, si ce n’est une adresse courriel via laquelle notre demande d’information envoyée en début de semaine est demeurée lettre morte.

Sur le site, plusieurs raisons pour justifier la démission du maire sont énumérées, à savoir la hausse de l’avis d’imposition de près de 50 % en moins de 5 ans; le dépassement important des coûts dans la mise aux normes de l’usine de filtration de l’eau; la baisse de la prestation de services de la Ville de Deux-Montagnes; les dépenses incontrôlées de l’administration Lauzon. On cite à ce propos les coûts de 20 000 $ engendrés par le contrôle des insectes piqueurs, l’achat de la suite Office 2010, les rénovations et décorations superficielles répétées des immeubles municipaux, la volonté d’emprunter la somme d’un million de dollars pour un stationnement au parc Moir et pour un nouvel auditorium à la polyvalente Deux-Montagnes; le manque de transparence; et l’enquête du Barreau du Québec sur l’administration municipale dans l’affaire Barbusci.

Réaction du maire

Invité à commenter la mise en ligne de ce site, le maire ne semble pas s’en faire outre mesure. «Il s’agit d’une poignée d’opposants chroniques qui prennent plaisir à critiquer sa façon de faire. Ces gens-là parlent beaucoup et là, ils se cachent derrière leur site Web», constate-t-il.

Or, ce qui le préoccupe bien davantage, c’est la situation actuelle de la Ville. «Présentement, notre compte de taxes est plus cher que celui de Saint-Eustache ou de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Le plus dangereux, c’est qu’on sera toujours plus cher, d’année en année. Plus on attend pour trouver des solutions, plus l’écart s’agrandira», s’inquiète-t-il.

Bien qu’excédé par la situation, le maire Lauzon mise en même temps sur les divers comités formés à la suite des États généraux. Mais encore là, il ne se fait pas d’illusion. Tellement qu’il se donne jusqu’à la fin de l’année, moment où seront dévoilées les conclusions des comités, pour décider de la suite des choses. «À ce moment, ce sera qui m’aime me suive, mais moi je ne suivrai personne. Et si la fusion demeure la solution, je vais me retirer», a-t-il annoncé. Parce que selon lui, c’est dans le prochain mandat que l’avenir de Deux-Montagnes se jouera.

Par ailleurs, on apprenait qu’une lettre, signée du maire de Deux-Montagnes, a été, ou le sera au cours des prochains jours, postée à tous les citoyens de la Ville concernant la rencontre du 22 mars dernier, durant laquelle le promoteur Benoit Dumoulin a présenté trois scénarios de construction sur le terrain situé en bordure du lac, de la 27e Avenue et du chemin d’Oka.

Bien que respectueux de la décision des gens, le maire déplore le manque à gagner de 80 000 $ au niveau des revenus de taxation, soit la différence entre la construction des maisons unifamiliales (35 000 $), et celle des condos (115 000 $).

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top