- PUBLICITÉ -
Budget provincial: les députés de la région commentent

Le budget du ministre Leitão n’a pas suscité d’enthousiasme chez les quatre députés des Basses-Laurentides élus à l’Assemblée nationale.

Un répit fiscal insuffisant, déplorent les députés de la région

S’ils sont déçus de ne voir aucune somme spécifique consacrée au parachèvement de l’autoroute 19, les députés des Basses-Laurentides ont aussi beaucoup d’autres critiques à formuler à l’égard du budget que vient de déposer le ministre Carlos Leitão. Et pour eux, il ne fait aucun doute que les familles de la région n’ont pas du tout été considérées.

Entre autres, mentionnons que ce budget prévoit, sur le plan des impôts, un remboursement de la taxe santé payée en 2016 pour la majorité des contribuables, soit jusqu’à 175 $ pour les contribuables gagnant moins de 159 095 $, une baisse d’impôt de 55 $ pour tous les contribuables à partir de 2017, ainsi qu’une prolongation du crédit d’impôt RénoVert jusqu’au 31 mars 2018.

Un répit «ridicule», disent les caquistes

Pour les trois députés de la Coalition Avenir Québec (CAQ), ce répit fiscal est nettement insuffisant, voire même «ridicule».

«Depuis son arrivée au pouvoir en 2014, le gouvernement libéral a pigé 1 300 $, en moyenne, dans les poches des familles. Dans son budget, il remet 55 $ par personne en baisse d’impôt, ce qui représente seulement 1,06 $ par semaine. C’est nettement insuffisant par rapport à ce que les familles québécoises se sont fait enlever depuis trois ans», a fait savoir, le député de Deux-Montagnes et président du caucus des députés des Laurentides, Benoit Charette.

La députée de Mirabel et nouvelle porte-parole en matière de famille pour la CAQ, Sylvie D’Amours, est tout aussi critique.

«À 1 $ par semaine de baisse d’impôt, tu ne donnes pas un électrochoc à l’économie et encore moins un répit aux familles québécoises. L’objectif unique de la mesure est à saveur électorale et ce n’est pas avec ça que nous allons construire le Québec! C’est rire du monde qui se lève pour travailler chaque matin!» fait-elle remarquer.

Sur le plan de la santé et de l’éducation, les trois élus de la CAQ estiment que «les sommes annoncées ne font que répondre aux compressions dans les services directs des dernières années, lesquelles ont causé d’importants dommages. Aujourd’hui, on décide de réinvestir, mais des enfants et des patients ont déjà souffert des coupes. Le mal est déjà fait».

Surprenant pas plus impressionné

Pour sa part, le député indépendant de Groulx, Claude Surprenant, n’est pas plus impressionné par la réduction de 55 $ annoncée par le ministre des Finances du Québec dans son budget.

«Après avoir augmenté différents tarifs, par exemple ceux des garderies ou encore en refilant des factures de toutes sortes aux municipalités et aux commissions scolaires depuis le début de son mandat, il est évident que la réduction de 55 $ par contribuable a quelque chose qui ne se compare en aucune mesure aux pertes subies par les familles du Québec ces dernières années. On est très loin du compte, mais surtout très loin des intérêts du portefeuille des contribuables», de commenter celui-ci.

Et pour ce qui est du réinvestissement en éducation, il apparaît évident pour le député Surprenant «qu’après les coupures de services de ces dernières années, qu’il s’agit là d’un budget préélectoral afin de venir corriger leurs erreurs d’un passé récent: avoir engendré un manque de ressources flagrant que vivent nos écoles au détriment de nos élèves depuis des années déjà, mais surtout au détriment de la réussite éducative».

Des rectifications de la ministre St-Pierre

Invitée à commenter ce budget à titre de ministre responsable de la région des Laurentides, Christine St-Pierre estime, quant à elle, qu’il est faux de prétendre que son gouvernement n’offre pas, dans ce budget, de répit pour les familles.

«Je tiens à rappeler que nous poursuivons notre engagement à réduire le fardeau fiscal des contribuables. À cet égard, une baisse d’impôt générale s’appliquera dès 2017 au moyen d’une bonification du montant personnel de base. Près de 4,3 millions de Québécois bénéficieront d’une réduction d’impôt de 55 $. Au total, ce sont plus de 270 millions de dollars qui seront retournés dans les poches des contribuables chaque année, soit 1,4 milliard de dollars sur cinq ans. À cela s’ajoute l’abolition de la taxe santé. Notre engagement d’abolir la taxe santé se voit réalisé. Le gouvernement est donc fier d’annoncer que ces mesures représenteront une baisse d’impôt qui atteindra 155 $ à 1 055 $ par contribuable», a-t-elle tenu à rectifier dans un courriel.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top