- PUBLICITÉ -
Un écocentre de nouvelle génération pour les Eustachois

Entouré des conseillers municipaux Germain Lalonde et Pauline Harrison

Un écocentre de nouvelle génération pour les Eustachois

Au nord de la 25e Avenue

L’Écocentre de Saint-Eustache a refait peau neuve, disposant désormais de sections pouvant recevoir plus de matières, dont les résidus domestiques dangereux (RDD) qui étaient jusqu’à récemment amassés lors d’une collecte annuelle. Bonne nouvelle pour les Eustachois: le dépôt est gratuit.

Le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, a procédé à l’inauguration officielle de l’Écocentre, lundi dernier, entouré de plusieurs membres du conseil municipal, notamment Germain Lalonde et Pauline Harrison, tous deux responsables des questions environnementales, et du député de Deux-Montagnes, Daniel Goyer.

«Saint-Eustache est plus vert que jamais», a lancé le maire Charron, juste avant de décrire les changements qui viennent d’être apportés à l’écocentre qui est situé sur l’ancien site du poste de transbordement.

Cet écocentre, que l’on dit de nouvelle génération, sera ouvert à l’année avec un horaire élargi, soit le lundi et le samedi, de 8 h 30 à 16 h 30, ainsi que le mercredi, de 12 h à 20 h. Entre novembre et mars, l’endroit ne sera toutefois ouvert que le samedi, de 8 h 30 à 16 h 30.

La Ville a investi 645 000 $ pour l’aménager. Les visiteurs découvriront donc un endroit pourvu d’une surface pavée, des espaces plus étanches et plus grands pour recevoir des matériaux, en plus d’un pavillon d’accueil. Il sera ainsi possible d’y apporter une plus grande variété de matériaux, dont les RDD, et en toute sécurité. Le site est aussi davantage éclairé, la signalisation a été bonifiée et l’accès aux lieux amélioré.

L’accès au site sera totalement gratuit pour les Eustachois, alors qu’on leur imposait des frais de passage pour déposer leurs matières à recycler auparavant.

Voici ce qui peut être apporté à l’écocentre: matériaux de construction, objets encombrants, résidus verts, branches d’arbres, sapins de Noël, matériaux de recyclage, terre, pneus (sans jantes), bonbonnes de propane. On peut également y déposer les RDD comme les aérosols, les huiles, les produits d’entretien ménagers, les peintures, vernis, pesticides, batteries d’auto, médicaments, appareils électroniques et matériel informatique.

À noter que certaines choses ne seront pas acceptées à l’écocentre: ordures ménagères, armes et explosifs, carcasses d’animaux, déchets biomédicaux et terre contaminée. Les débris provenant d’entrepreneurs, de commerces ou d’industries sont également bannis.

La grande collecte annuelle qui se tenait à l’école secondaire des Patriotes, en septembre, se voit donc annulée. Le maire Charron croit que les citoyens en retireront un avantage puisqu’ils n’auront plus à entreposer les objets dont ils souhaitent se débarrasser.

Et pour ceux qui se demandent ce qu’il advient de tous ces matériaux et autres détritus récupérés, il faut savoir qu’une grande quantité d’entre eux seront transformés ou «revalorisés». Les bardeaux d’asphalte de toiture pourraient donc servir pour le pavage des rues, le plastique transformé en laine minérale, les pneus en tapis d’entrée. D’autres matériaux sont tout simplement détruits.

Le maire Charron a d’ailleurs tenu à lancer un message à ses concitoyens: «Vous avez un endroit, vous n’avez plus besoin de faire des dépôts sauvages».

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top