- PUBLICITÉ -
Un clown en quête de relève

(Photo Yves Déry) -

Un clown en quête de relève

Pédal’Où et son carrousel à pédales

Il y a 14 ans, Jacques Beaulieu, alias Pédal’Où, alors pompier retraité de la Ville de Montréal, décidait de laisser véritablement sortir le clown en lui et de vivre à fond l’aventure en mettant sur pied son carrousel à pédales. Un concept à la fois unique et écologique qui consiste à pédaler afin de faire tourner un carrousel dans lequel peuvent prendre place huit enfants à la fois.

«J’avais un budget de 3 000 $. Ça m’en a finalement coûté 45 000 $», raconte celui qui, à l’âge de 30 ans, s’est finalement appliqué du maquillage sur le visage, question d’enfin «légaliser sa folie».

Depuis, le Carrousel à pédales s’est promené partout à travers le Québec, de parades en foires, sans oublier les fêtes de famille, les carnavals et les défilés. Été comme hiver, à l’extérieur comme à l’intérieur.

Or, depuis quelques années, l’idée de la retraite germe dans la tête de l’homme et même si sa folie et son humour demeureront ses complices de toujours, Jacques Beaulieu se dit désormais prêt à passer le flambeau. «Mon humour m’a sauvé de beaucoup de choses et m’a permis d’oser. Avec mon carrousel à pédales, je suis toujours le plus populaire et j’ai tellement de plaisir à faire rire les enfants. J’ai un beau trésor entre les mains. Mais là, je suis prêt à me détacher. Ça fait trois ans que j’en parle», laisse-t-il tomber.

À la recherche d’une relève

Au-delà de la simple vente d’entreprise, Jacques Beaulieu cherche une relève à qui il pourrait offrir une formation et transmettre ses trucs. Un seul prérequis. «Aimer les enfants», tranche-t-il. Une relève qui serait prête, d’un simple coup de pédalier, à s’approprier bâtons de mousse, flûtes enchantées, confettis géants, banderoles multicolores, bulles de savon, ballons et filets d’eau, pour le plus grand plaisir des enfants.

Aujourd’hui âgé de 62 ans, la tête toujours aussi pleine de projets et d’espoir, Jacques Beaulieu a aussi connu son lot de misères et de problèmes de santé, notamment en 2008 où il a dû être opéré au cœur en raison d’une valve bloquée. «La vie est fragile. C’est pourquoi chaque matin, quand je me lève, je me dis que ma journée sera la plus belle et peut-être la dernière de toute ma vie», souffle-t-il, une étincelle dans les yeux.

Loin de le rebuter, l’idée de la retraite semble allumer au contraire en lui cette envie de vivre pleinement, de danser, voyager, de rire et, vous l’aurez deviné, de faire rire. Dernier obstacle avant d’accéder à sa retraite? L’assurance que son carrousel à pédales continuera de faire rêver les enfants. «Ça serait vraiment dommage de fermer mon carrousel pour de bon. C’est le plus beau des trésors d’animation», termine-t-il.

Pour voir Pédal’Où à l’œuvre, visitez son site Web au [www.carrousel-animation.com].

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top