- PUBLICITÉ -
Un budget qui va à l’encontre des citoyens, selon les députés Charette et Beaudoin

(Photos Michel Chartrand – R) - Les députés péquistes de Deux-Montagnes et Mirabel, Benoit Charette et Denise Beaudoin.

Un budget qui va à l’encontre des citoyens, selon les députés Charette et Beaudoin

Budget provincial 2010

Les députés péquistes de Deux-Montagnes et de Mirabel, Benoit Charette et Denise Beaudoin, sont unanimes: le gouvernement libéral de Jean Charest a présenté un budget qui va à l’encontre du développement économique et des intérêts des citoyens du Québec. «Le gouvernement de Jean Charest a perdu toute sa crédibilité. Il propose un budget ponctué de nouvelles taxes. Rien pour relancer l’économie ou encore maintenir une qualité de vie de la classe moyenne», dénonce, pour un, le député Benoit Charette.

Pour la députée de Mirabel, le gouvernement libéral est en train de plonger le Québec dans une situation inquiétante. «Après avoir endetté les Québécois de plus de 42 milliards depuis 2003, un record historique, Jean Charest demande à son ministre des Finances de nous servir un budget qui va nous laisser un couteau dans la gorge. Pour procéder au type d’annonces qui émaillent ce budget, il y a certainement péril en la demeure», dénonce à son tour Denise Beaudoin.

Selon eux, le budget révèle une situation dramatique au sein du gouvernement Charest, à savoir le refus de trouver des idées originales et de s’impliquer activement pour trouver des solutions pour améliorer les structures de l’État et ses rouages. «Le budget confirme l’abandon du gouvernement libéral à trouver des solutions pour améliorer l’efficacité des systèmes. Il pige les deux mains dans les poches des contribuables sans apporter des correctifs au système», soutient le député de Deux-Montagnes, visiblement inquiet de l’impact du budget sur la classe moyenne.

Pour sa part, la députée de Mirabel accuse les libéraux d’avoir berné les électeurs. «Il y a 15 mois à peine, cette même équipe promettait insidieusement de ne pas augmenter le fardeau fiscal des Québécois, proclamant haut et fort qu’il n’y aurait pas de déficit, pas de hausses de taxes ni de tarifs, pas d’impacts non plus reliés à des pertes à la Caisse de dépôt et placement. Rien de tout ce beau verbiage électoraliste n’est au rendez-vous, bien au contraire!», de mentionner Mme Beaudoin.

Au chapitre des nouvelles taxes et des hausses des tarifs annoncés par le gouvernement Charest, le député Charette s’inquiète de la qualité de vie des familles:«Les 1 300 $, en moyenne, pour une famille de la classe moyenne que le gouvernement Charest vient chercher, ce sont directement dans les loisirs et les vacances que les familles vont couper».

Les députés partagent les mêmes préoccupations au niveau de l’éducation et du développement régional. «Le gouvernement annonce un dégel des frais de scolarité. En même temps, il abandonne cruellement le dossier du décrochage scolaire. Il n’y a rien dans le budget pour des mesures pour l’aide au devoir, ou encore l’ajout de nouvelles ressources dans les écoles», d’indiquer Benoit Charette.
«Depuis 2003, on assiste à un véritable désintéressement des régions par le gouvernement libéral. En décembre dernier, le gouvernement a annoncé qu’il coupait dans le crédit d’impôt aux régions qui est pourtant apprécié et efficace dans nos communautés. Dans une circonscription comme la nôtre (Mirabel), plutôt mal desservie en matière de transport en commun, l’augmentation de la taxe sur l’essence laisse un goût amer et exercera une ponction significative dans les poches de nos concitoyens», estime Denise Beaudoin.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top