- PUBLICITÉ -
Un album empreint de souvenirs et d’espoir

Photo Nicolas T. Parent

Suzanne Laurin (à droite), chef d’œuvre de l’album souvenir, rencontrait les citoyens désirant se le procurer.

Photo Nicolas T. Parent

Suzanne Laurin, sur scène, présentait l’album aux convives.

Photo Nicolas T. Parent

Plusieurs exemplaires furent vendus lors de la soirée de réunion de gens touchés par les expropriations de Mirabel.

Un album empreint de souvenirs et d’espoir

La bataille des expropriés (1969-2019)

C’est devant plus de 300 personnes que l’on procédait au lancement d’un album souvenir relié aux 50 ans de l’expropriation de Mirabel, le vendredi 22 novembre dernier, au Centre communautaire Val-d’Espoir situé dans le secteur de Saint-Janvier. Le tout se tenait dans le cadre d’une réunion de gens touchés par ces événements malheureux et marquants, en marge d’un souper.

Le Comité de la commémoration a donc procédé au lancement de ce livre intitulé «La bataille des expropriés (1969-2019)» , lui qui raconte, en plusieurs paragraphes, des faits saillants de l’expropriation qui a marqué les cinq dernières décennies. Le bouquin vulgarise des moments importants de l’histoire locale et régionale, alors que son portrait est complété par de belles photos d’archives.

Une vaste contribution

Ce travail est celui de Suzanne Laurin, elle-même touchée par les expropriations, qui a effectué de la recherche et la rédaction, et ce, en quelques mois seulement. «C’est vrai que je suis la chef d’œuvre de ce livre, mais il s’agit d’un travail collectif, mentionne cette dernière, elle qui tenait à remercier une vaste équipe de personnes qui ont travaillé sur ce projet. Nous avons réussi à produire ce livre en l’espace de cinq mois. Cinq mois, cinquante pages, cinquante ans! Il s’agit ici d’un véritable petit miracle.»

«Bien que l’expropriation de Mirabel demeure bien présente dans la mémoire collective, peu d’écrits facilement accessibles subsistent afin de dresser un bref portrait de cette longue lutte qui fut menée par les citoyens pour obtenir la rétrocession de leurs terres. Sans oublier le passé et les souffrances encore vives pour la communauté de Mirabel» , de relater de son côté Annie Leroux, membre du fameux comité.

On y retrace donc l’histoire et des événements marquants, comme mentionné, mais on parle également du futur, soit de l’héritage humain qui est légué aux descendants.

«L’album souvenir se veut porteur d’un message d’espoir. Les témoignages des expropriés et de descendants viennent ainsi clôturer le tout en soulignant la solidarité, le courage et la résilience dont ont fait preuve plusieurs familles touchées.»

12 000 personnes

D’ailleurs, le président de l’Union des producteurs agricoles (UPA) Sainte-Scholastique–Mirabel et fils d’expropriés, Marcel Denis, a rappelé des faits très importants. L’expropriation a touché 14 municipalités et a entraîné la réquisition de 97 000 acres, sur 8 000 lots. En tout, ce sont 12 000 citoyens qui ont été touchés et qui ont mené une bataille, grâce à une grande mobilisation, pour faire reconnaître leurs droits.

Cela dit, le Comité de la commémoration, composé de citoyens mobilisés, a jugé important de mettre en lumière cette histoire maintenant accessible à tous. Voici les noms de ces collaborateurs: Annie Leroux, Claude Cadieux, Marcel Denis, Martine Raymond, Rita Lafond, Sylvain Thibodeau et Sylvie Deschambault.

«L’album est actuellement en vente et seuls 350 exemplaires sont disponibles» , de conclure Mme Leroux. Pour se procurer une copie, au coût de 30 $, il suffit de joindre le Comité par courriel à commemorationmirabel@gmail.com.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top