- PUBLICITÉ -
Un air de Provence à Saint-Eustache

Daniel Joannette et Nancie Ferron, les deux propriétaires de Pure Lavande.

Un air de Provence à Saint-Eustache

Pure Lavande, sur le chemin Fresnière

C’est connu, la lavande est la «fleur» de la Provence, là où elle est cultivée depuis plusieurs siècles déjà. En fait, ce n’est plus tout à fait vrai puisque Saint-Eustache se donne, depuis peu, des airs de Provence avec l’ouverture, au mois de mai dernier, d’une nouvelle entreprise, Pure Lavande, culture et parfumerie, dont l’objectif est de faire connaître et apprécier aux gens d’ici cette fleur bien connue pour ses propriétés médicinales et son doux parfum.

Pour Nancie Ferron et Daniel Joannette, l’aventure de Pure Lavande a, en fait, débuté il y a une douzaine d’années quand ceux-ci ont décidé de se porter acquéreurs d’une terre située chemin Fresnière, à Saint-Eustache, tout près de la montée McMartin, qui a longtemps été un verger de pommiers. Ce choix n’était pas tout à fait innocent puisque Daniel Joannette compte de la famille dans la région. «J’ai appris que l’un de mes ancêtres, Noël Joannette, a été, en 1855, le tout premier maire de la Municipalité de Saint-Joseph-du-Lac», précise-t-il.

Mais, ce n’est qu’il y a quatre ans, à la faveur d’un voyage en Provence, dans la région des Gorges du Verdon, que l’idée de cultiver justement de la lavande sur leur terre est venue. «On ne comprenait pas pourquoi il ne pouvait pas se cultiver de la lavande, ici même au Québec. De retour, on a découvert qu’on faisait incidemment pousser de la lavande à quelques endroits au Québec et en Ontario. On a aussi appris que les religieuses en faisaient pousser dans les débuts de la colonie. On avait donc trouvé une vocation à notre terre et on s’est lancé dans l’aventure!», raconte Daniel Joannette, un ancien journaliste de TQS, tout comme sa conjointe, Nancie Ferron. Le couple a donc entrepris, il y a un peu plus de trois ans, de planter des premiers plants de lavande.

Ce n’est qu’au mois de mai dernier que la nouvelle entreprise eustachoise était finalement en mesure d’ouvrir ses portes. Bien qu’encore à ses premiers balbutiements et toujours en développement, Pure Lavande est cependant en mesure d’émerveiller les visiteurs qui y découvriront presque 60 000 plants de lavande, dont presque 6 000 immédiatement à l’arrière de la boutique qui donne front sur le chemin Fresnière. Les autres plants se retrouvent un peu plus à l’arrière des terres.

Sur place, les visiteurs retrouveront donc des champs de lavande, actuellement en fleurs, des tables pour pique-niquer et un sentier où ils pourront admirer la beauté de cette fleur et humer son parfum aux vertus apaisantes et aux propriétés nombreuses. «Les gens apprécient pleinement se promener et sentir le parfum de la lavande, relaxer, prendre des photos ou tout simplement pique-niquer», souligne Nancie Ferron qui dit avoir accueilli de nombreux visiteurs subjugués depuis l’ouverture de leur entreprise. «Entres autres, nous avons vu beaucoup de Français venir faire leur tour», dit-elle, tout en ajoutant que les visiteurs proviennent principalement de Saint-Eustache et des environs immédiats, mais aussi de Montréal et de l’Outaouais.

Aussi, les gens pourront découvrir une foule de produits à base de lavande dans la boutique de Pure Lavande. Fait à noter, celle-ci a été aménagée dans une maison datant de presque 250 ans, dénichée à Sainte-Hénédine, en Beauce. «La maison a été démontée, transportée ici même, puis remontée pièce par pièce. Un signe qu’elle a de l’âge, ce sont les marques de picotis, des chevillettes de bois plantés dans des planches de bois afin de retenir le plâtre sur les murs», explique un Daniel Joannette particulièrement fier d’avoir été en mesure de «rescaper» cette maison ancestrale qui n’était pas celle, croit-il, d’un simple colon. En plus des marques de picotis toujours visibles, les visiteurs pourront apprécier le plancher d’origine, tout comme le toit intérieur.

Quant aux produits offerts, ils sont forts nombreux, une trentaine en fait, certains même surprenants. Il y a, bien sûr, les incontournables savons à main, huiles de massage, chandelles, poudres pour le bain et arrangements floraux. Il y aussi du savon à vaisselle, du nettoyage tout usage, du détergent à lessive et du savon gel pour les mains, des produits offerts dans des contenants que l’on peut remplir de nouveau. Ces quatre produits sont élaborés à l’extérieur, mais à partir des fleurs de lavande de l’entreprise eustachoise.

Aussi, des produits sont tout spécialement destinés aux femmes, aux hommes, aux enfants (lotion, mousse pour le bain, crème après-rasage, shampoing et autres) et, même, aux animaux (chasse-odeur et shampoing). Dans ce cas-ci, Nancie Ferron, une parfumeuse avant de devenir journaliste, s’est particulièrement fait plaisir en élaborant des savons à base, entre autres, de melon et concombre ou de foin coupé, toujours avec un soupçon de lavande.

Particulièrement fiers du travail accompli à ce jour, récompensés d’ailleurs par un prix national dans le cadre du Concours québécois en entrepreneuriat, Daniel Joannette et Nancie Ferron avouent que cela n’a pas été sans difficulté. «Nous apprenons chaque jour. Il a fallu de la détermination. Nous avions hâte de montrer le fruit de notre travail. En plus de la lavande, il a fallu cultiver notre patience», disent-ils, heureux maintenant de pouvoir contribuer au dynamisme agrotouristique de la région, mais aussi conscients qu’il reste encore beaucoup à faire.

L’entreprise Pure Lavande, culture et parfumerie est située au 902, chemin Fresnière, à Saint-Eustache. Pour d’autres renseignements: www.purelavande.ca.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top