- PUBLICITÉ -
Société d’horticulture et d’écologie de Deux-Montagnes: La 27e

L’ensemble des membres du conseil d’administration était fier de lancer la 27e saison de la Société d’horticulture et d’écologie de Deux-Montagnes.

Société d’horticulture et d’écologie de Deux-Montagnes: La 27e

La Société d’horticulture et d’écologie de Deux-Montagnes a lancé sa 27e saison qui a officiellement débuté le 5 septembre dernier. La nouvelle programmation comprend des conférences sur plusieurs sujets afin de favoriser les échanges et permettre l’éducation au loisir horticole tout en améliorant l’environnement.

Le conseil d’administration était donc fier, lors d’un point de presse, de présenter sa nouvelle programmation qui s’adresse à tous, membre ou non-membre, pour peu qu’il ait un intérêt pour la chose horticole, l’écologie ou l’environnement.

Les huit conférences au menu cette année traiteront tout aussi bien des plantes rustiques que de la foresterie urbaine en 2012, en passant par la rivière des Mille Îles avec ses habitats et ses espèces en péril ou des sujets comme les petits fruits, les fougères ou le découpage des jardins.

Plusieurs conférenciers connus et moins connus viendront entretenir les intéressés le premier mercredi de chaque mois, de septembre à mai, sauf en janvier. Toutes les conférences se tiennent au Centre d’art La petite église, dans le Vieux-Saint-Eustache, de 19 h 15 à 21 h 30.

La saison s’est donc ouverte le 5 septembre dernier avec le chroniqueur horticole, Jean-Claude Vigor, avec sa conférence Le coléus à en perdre son latin. La prochaine conférence aura lieu le 3 octobre avec Claire Bélisle, une journaliste horticole et consultante, qui viendra entretenir les gens sur les plantes rustiques méconnues.

La Société d’horticulture et d’écologie de Deux-Montagnes compte environ 305 membres ce qui lui confère le statut d’une des grosses sociétés d’horticulture dans la région. Cette dernière collabore autant avec la Ville de Saint-Eustache que celle de Deux-Montagnes pour offrir ses activités à toutes personnes des environs, intéressées par l’horticulture.

Le montant exigé pour devenir membre est de 15 $ pour l’année et sert principalement à financer la venue des conférenciers. La Société organise également des visites de jardins. À l’été 2012, ce sont trois jardins qui ont été visités. Des voyages horticoles sont également offerts, en plus du journal mensuel intitulé L’Effeuillé.

Si la moyenne d’âge des membres avait tendance à vieillir ces dernières années, plusieurs jeunes se sont récemment joints à la Société, remarque la présidente Patricia Gagnon. En plus, l’organisme demeure à l’affut de nouveaux sujets, de ce que font les autres sociétés d’horticulture, en plus de tenir compte des suggestions de ses membres.

Mme Gagnon a également mentionné: «En plus des activités offertes au public, nous restons attentifs à ce qui se développe en horticulture. On porte attention aux tendances et on analyse ce qui s’en vient. Nous étions là lors des conférences sur les vers blancs et, il y a trois ans, nous avons abordé le sujet des plantes en temps de sécheresse. Ça fait plus de 15 ans qu’on ne parle plus de pesticides ou d’engrais dans nos conférences.»

Comme l’idée d’écologie et d’environnement est présente à la Société, une fois par année, des bénévoles participent à la corvée du printemps organisée à la maison Chénier-Sauvé, en collaboration avec la Ville de Saint-Eustache.

Le calendrier des conférences de la prochaine année est disponible en ligne au [www.seh2m.fsheq.org].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top