- PUBLICITÉ -
Marcil Simon

Simon Marcil, député de la circonscription de Mirabel.

Simon Marcil est outré de l’effacement d’une dette importante

Le député de Mirabel, Simon Marcil, s’indigne de la radiation d’une dette de 2,6 milliards accordée à l’entreprise Chrysler par le gouvernement fédéral.

«Chrysler a reçu un cadeau de 2,6 milliards $ du fédéral en dette qu’il n’aura pas à rembourser. Le gouvernement abandonne plus de 500 millions d’argent des Québécois au moment même où il nous dit qu’il n’a pas d’argent pour indemniser pleinement nos producteurs laitiers abandonnés dans le libre-échange ou pour investir sa juste part dans les transferts en santé», a déploré Simon Marcil.

Le gouvernement Trudeau a en effet abandonné les procédures de recouvrement d’un prêt accordé à Chrysler dans le cadre d’un sauvetage de l’industrie automobile ontarienne entrepris en 2009 par le précédent gouvernement conservateur. Ottawa avait alors investi 13,7 milliards $ pour protéger les géants de l’automobile lors de l’effondrement du marché américain.

Chrysler s’était alors restructuré en deux entités: l’une qui est devenue Fiat Chrysler et l’autre, qui a déclaré faillite. C’est à cette dernière qu’Ottawa a consenti le prêt de 2 595 974 536 $. dont il abandonne aujourd’hui le recouvrement. Cette radiation a été inscrite sans annonce dans la plus récente édition des comptes publics.

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

«Quand il s’agit de l’automobile en Ontario, Ottawa dépense sans compter, peu importe qui est au pouvoir. J’ose à peine imaginer la colère de tous les Québécois qui se font harceler par le fédéral pour des sommes impayées de quelques dizaines de dollars pendant qu’Ottawa pardonne Chrysler en douce pour une dette dans les dix chiffres», a conclu Simon Marcil.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top