- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – Les ministres Sylvie D’Amours et Andrée Laforest, tout comme la mairesse Sonia Paulus, écoutent avec grande attention le ministre Benoit Charette annoncer que la digue de Sainte-Marthe-sur-le-Lac sera reconstruite en fonction des standards d’aujourd’hui.

Sainte-Marthe-sur-le-Lac: La digue sera consolidée, puis reconstruite

Moins de deux semaines après les inondations qui ont forcé l’évacuation de près de 6 000 personnes et touché environ 2 500 résidences à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, le gouvernement du Québec, par l’entremise de son ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, a annoncé ce vendredi 10 mai que la portion de la digue qui a cédé en raison de la crue des eaux du lac des Deux-Montagnes sera, dans un premier temps, «consolidée» d’ici le printemps 2020 pour éviter que pareil scénario se reproduise.

Accompagné de ses collègues ministres Andrée Laforest et Sylvie d’Amours, également députée de Mirabel dont fait partie la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, ainsi que de la mairesse Sonia Paulus, M. Charette a aussi confirmé que son gouvernement va, dans un deuxième temps, «appuyer» la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac pour construire et rehausser de façon permanente une digue en fonction des standards d’aujourd’hui.

Pour le moment, il est impossible de chiffrer les coûts des travaux à venir, ni la répartition des coûts que chacun devra assumer, mais M. Charette a indiqué son gouvernement va «accompagner» la Ville de Sainte-Marthe-sur-le-Lac à ce chapitre et pour la réalisation des travaux proprement dit.

Éviter une «délocalisation»

«Pourquoi c’est important de confirmer rapidement la mise à niveau de cette digue? C’est que, oui il y a un secteur qui a été sévèrement touché le 27 avril dernier, j’en conviens, mais elle continue sur trois kilomètres, encore à ce jour, à protéger des milliers d’autres personnes qui n’ont pas été touchées. C’est important de rassurer l’ensemble de la population de Sainte-Marthe-sur-le-Lac. C’est la décision qui s’imposait dans les circonstances», a expliqué le ministre Charette qui, lors de la période de questions des journalistes, a ajouté que «cette option s’est imposée» pour éviter une «délocalisation de milliers de personnes».

«C’est avec grande satisfaction que j’accueille cette annonce positive du gouvernement du Québec. Cela représente pour notre administration, mais surtout pour notre population, une avancée majeure afin de sécuriser notre territoire. Plusieurs résidentes et résidents sinistrés seront soulagés d’apprendre cette excellente nouvelle», a commenté la mairesse Sonia Paulus qui a remercié le gouvernement pour sa «diligence» dans ce dossier.

Une «décision d’exception»

De son côté, la ministre responsable des Affaires autochtones, Sylvie D’Amours, a salué la décision de son gouvernement et remercié ses collègues ministériels pour cette annonce, disant qu’il s’agissait «d’un cas d’exception qui demandait qu’on applique une décision d’exception».

Pour sa part, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, vice-présidente du groupe d’action ministériel mis sur pied par le premier ministre François Legault, a tenu à relever que cette annonce montrait bien que son gouvernement sera là pendant les inondations, mais aussi après. «Nous avons pris une décision importante dans le cas de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, et il y en aura d’autres», a-t-elle dit.

Reconstruction?

Enfin, l’annonce ne signifie pas pour autant que tous les propriétaires auront nécessairement l’autorisation de reconstruire dans la zone la plus touchée.

Des évaluations sont toujours en cours, a fait savoir le ministre Charette qui a promis de revenir rapidement sur cette question pour que les citoyens concernés savent à quoi s’en tenir.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

- PUBLICITÉ -
Top