- PUBLICITÉ -

Photo Benoît Bilodeau – Le maire de Saint-Joseph-du-Lac, Benoît Proulx, montre ici l'une des portes par laquelle l'eau sera évacuée du côté est de l'avenue Joseph.

Photo Benoît Bilodeau – Citoyens et élus ont été invités à une visite des ouvrages aménagés à la hauteur de la piste cyclable.
Photo Benoît Bilodeau – Le maire Benoit Proulx fournit ici des explications sur la nature des travaux réalisés. À ses côtés, la députée provinciale de Mirabel, Sylvie D'Amours, et le directeur général de la Municipalité de Saint-Joseph-du-Lac, Stéphane Giguère.

Saint-Joseph-du-Lac est maintenant bien protégée des crues printanières

Le maire de Saint-Joseph-du-Lac, Benoit Proulx, n’était pas peu fier de présenter le résultat des travaux menés ces derniers mois afin de doter sa municipalité d’ouvrages de protection contre les crues printanières. Une fierté qui s’explique par le fait que la phase 1 de ces travaux a été réalisée en un temps record, ce qui n’aurait pas été possible, n’eut été de la collaboration obtenue des intervenants en cause à partir du moment où le besoin a été reconnu, soit à l’automne dernier.

C’est dans le cadre d’une petite visite effectuée le jeudi 25 mars dernier, soit quelques jours à peine avant les fortes pluies qui devaient tomber le vendredi et le dimanche suivants, qu’une quinzaine de citoyens et invités ont été en mesure de voir la nature des travaux réalisés. Du nombre, on comptait sur la présence de la députée provinciale de Mirabel, Sylvie D’Amours, du préfet de la MRC de Deux-Montagnes, Denis Martin, et de la mairesse de Pointe-Calumet, Sonia Fontaine.

La nature des travaux réalisés

Les travaux effectués à ce jour, et qui coûteront au final plus de 13 M$ (une facture qu’assumeront les contribuables joséphois à hauteur de 20 %, soit 2,5 M$, la balance étant subventionnée par Ottawa et Québec), ont d’abord consisté à rehausser d’un mètre le niveau d’une partie de l’avenue Joseph, afin qu’il atteigne 25 m, et à l’élargir de presque trois mètres. Dans une deuxième phase, ce niveau sera rehaussé à 25,7 mètres.

Également, une digue végétalisée a été aménagée à l’arrière de certains terrains de la rue Florence qui a, elle aussi, été rehaussée en partie d’un mètre. Enfin, des infrastructures de pompage temporaire ont été installées près de la piste cyclable. Ces divers ouvrages permettront ainsi d’évacuer l’eau de la zone inondable du côté est de la rue Florence en période de crue, mais aussi de «sécuriser» les nouveaux ouvrages déployés à Pointe-Calumet et Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

En pratique, lorsque l’eau atteindra un niveau critique, celle-ci sera pompée pour se retrouver du coté est de l’avenue Joseph dans la nouvelle digue végétalisée d’une superficie de 8 000 mètres carrés. «En fait, on laisse l’eau entrer sur notre territoire. On va inonder la zone inondable [habituelle], mais on va contrôler le niveau d’eau pour que cela ne soit pas critique», d’expliquer de le directeur général de Saint-Joseph-du-Lac, Stéphane Giguère.

Fier pour les citoyens

«Le but de tout cela, ce n’est pas d’assécher la zone inondable, ni de construire de nouvelles résidences, mais uniquement de nous protéger et d’éviter des fermetures de rues, de commerces et de protéger nos infrastructures et les résidences habituellement touchées par les inondations. En 2017 et 2019, on s’en rappelle, il n’y avait qu’un seul accès pour se rendre à Pointe-Calumet. S’il était arrivé quelque chose, cela aurait été très problématique», a fait valoir le maire Benoit Proulx.

Celui-ci a d’ailleurs pris soin de remercier la députée Sylvie D’Amours pour toute l’aide que celle-ci a apportée afin d’accélérer ce dossier pour que les travaux soient lancés début janvier afin qu’ils soient complétés à temps en vue de la crue printanière de cette année. Il a, en outre, remercié le ministre Benoit Charette et les gens de son ministère, tout comme le préfet Denis Martin, qui ont aussi contribué à ce que «les bottines suivent les babines».

«Mon plus grand bonheur, aujourd’hui, c’est de voir ici des résidents qui, année après année, vivaient dans l’inquiétude face à tous les impacts et les tracas que inondations pouvaient causer sur leur santé, sur leurs investissements. De savoir qu’on est là aujourd’hui, je suis fier, non seulement pour moi, mais pour vous autres», de mentionner M. Proulx.

Notons, enfin, que la phase 2 de ces travaux, qui prévoit notamment la construction d’un poste de pompage permanent, sera entreprise dès le mois d’août prochain, avec l’objectif qu’ils soient complétés à temps pour la crue printanière de 2022. D’ici là, même s’ils n’ont pas encore servi, les ouvrages sont fins prêts à être activés si le besoin s’en fait s’en sentir.

Array
- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top