- PUBLICITÉ -
Robert Landry est fier de sa campagne

(Photo Michel Chartrand) - Le candidat à la mairie de Deux-Montagnes, Robert Landry, est entouré de membres de son équipe, soit France Roy, Nathalie Chayer, James McAllister et Christelle Bourlard. Absents: Michael Parr et Guillaume Bouvrette.

Robert Landry est fier de sa campagne

Élections municipales à Deux-Montagnes

À l’occasion de son dernier point de presse de la présente campagne électorale en vue du jour du scrutin de demain, le candidat à la mairie de Deux-Montagnes, Robert Landry, a tracé un bilan de campagne dont il est très fier.

«Je tiens tout d’abord à remercier tous les résidants de Deux-Montagnes qui ont eu à ouvrir leurs portes pour nous rencontrer et nous écouter. C’était également très intéressant d’entendre les citoyens nous raconter ce qu’ils ont vécu au cours des quatre dernières années», a commencé Robert Landry.

Il a dit avoir constaté que la population est vraiment attachée à sa ville et fière d’y appartenir. «C’est une expérience très enrichissante sur le plan humain que de rencontrer les citoyens un à un. Les gens souhaitent le mieux pour notre ville, mais forcément, la situation précaire de Deux-Montagnes en inquiète plus d’un.»

Dans la plupart de ses rencontres avec les citoyens, il trouvait une justification de s’être présenté en campagne électorale. «Si nous avons décidé, a-t-il ajouté, de présenter une équipe en opposition au maire actuel, c’est que nous estimions qu’il n’administrait pas la Ville comme nous jugions qu’elle devait l’être.»

Concernant le scepticisme des citoyens à l’égard des politiciens, il répond: «Je ne suis pas un politicien, mais un homme d’affaires et un administrateur. Ce que je vois depuis quatre ans me désole énormément et m’inquiète au plus haut point. Je ne veux pas aller à l’hôtel de ville pour faire une carrière de politicien, mais bien pour mettre de l’ordre dans nos finances publiques.»

Quelques membres de l’Équipe Landry présents au dernier point de presse ont bien voulu commenter leur expérience, dont France Roy, candidate du district du Grand-Moulin. «J’ai rencontré, a-t-elle dit, 60 % de nos électeurs. Les dossiers qui revenaient constamment étaient le déneigement et la sécurité dans les rues, ainsi que la taxation. Ce fut une campagne très positive. Nous avons une belle communauté à Deux-Montagnes.» Pour ce qui est de Nathalie Chayer, conseillère sortante du district de la Gare, elle a mentionné: «Les gens ont fait confiance à Marc Lauzon pour quatre ans. C’est clair qu’ils veulent des changements à l’hôtel de ville.»

Dès le lendemain du 1er novembre, s’il est élu, Robert Landry aura quatre priorités dans sa mire. Il veut élaborer le budget 2010 sans hausse de taxes, revoir tout le plan financier de la ville, ramener l’harmonie dans les relations avec les Villes voisines dans le dossier de la Régie de traitement des eaux usées, et régler les problèmes de déneigement et de sécurité routière dans les rues de la ville.

Lors du vote par anticipation, la ville de Deux-Montagnes a connu un fort taux de participation. Robert Landry espère que les gens iront aussi voter en grand nombre lors de la journée régulière du vote. «Déjà, 13 % des électeurs de notre ville sont allés voter. Je suis agréablement surpris par ce taux très élevé de participation. Toutes les publicités du directeur général des élections y sont certainement pour quelque chose, mais je pense aussi que notre population veut démontrer un vif intérêt pour notre campagne électorale et les enjeux en présence.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top