- PUBLICITÉ -
Robert Landry dénonce

(Photo Sébastien Rivest)- Le candidat à la mairie de Deux-Montagnes, Robert Landry.

Robert Landry dénonce

Vente de l’édifice Jean-Guy-Bergeron

Pour son troisième point de presse depuis son annonce officielle à titre de candidat à la mairie de Deux-Montagnes, Robert Landry, a profité de l’occasion pour revenir sur un geste posé par l’administration municipale sortante. Accompagné de son attaché politique, M. Landry a invité les médias à l’édifice de la gare Deux-Montagnes. Le but : dénoncer la vente de l’édifice Jean-Guy-Bergeron.

«Je ne peux pas croire que le maire Lauzon a vendu cet édifice qui fait partie de l’histoire et du patrimoine de Deux-Montagnes», a-t-il lancé en début de rencontre. Pour le candidat à la mairie, la vente de l’édifice de la gare représente une preuve de mauvaise gestion dans l’administration de la Ville.

Rappelons les faits: à la fin de l’année 2008, l’administration municipale a décidé de vendre l’édifice de la gare Deux-Montagnes à la Corporation du Manoir Grand-Moulin. Selon les informations, la vente a été motivée à la suite du départ de locataires. Devenu vide, l’édifice n’engendrait plus de revenus. En procédant à la vente de cet actif immobilier, par l’entremise de la Corporation, la Ville se donnait la possibilité de changer la vocation de l’édifice en attirant de nouveaux locataires et, ainsi, recommencer à percevoir des taxes. Malgré la vente, la Ville est restée responsable de la section où ce trouve le restaurant et la billetterie de la gare Deux-Montagnes.
«Je connais bien ce dossier et j’estime que M. Lauzon a vraiment fait preuve, encore une fois, d’improvisation dans la gestion de ce cas. C’est d’ailleurs ce qui marque son administration», estime M. Landry.

D’après M. Landry, l’administration municipale aurait vendu l’édifice pour obtenir de l’argent supplémentaire pour équilibrer son budget. «Je crois que devant la situation très difficile que connaît la Ville de Deux-Montagnes, il faut prendre un certain recul et avoir un plan d’action bien déterminé. Bien entendu, la vente de l’édifice de la gare a généré un profit pour la Ville, mais une dette pour la Corporation du Manoir Grand-Moulin», dénonce le candidat.

Au lieu de procéder à la vente de l’immeuble à la Corporation du Grand-Moulin, M.Landry aurait préféré que la Ville garde cet immeuble sous son administration. «À titre de maire, je déploierai des efforts déterminants afin de récupérer l’édifice de la gare et de lui trouver une vocation rentable pour la Ville», dit-il. Notons que la Corporation du Grand-Moulin est administrée par la Ville de Deux-Montagnes.
«Était-il mieux de générer un profit de 450 000 $ en année électorale versus un revenu de 1 500 000 $ sur 10 ans pour sauver la face et avoir, en apparence, un budget équilibré», déplore-t-il. Interrogé sur la composition de son équipe électorale, M. Landry a répondu que ses candidats seront connus en temps et lieu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top