- PUBLICITÉ -
Rivière-des-Mille-Îles dans la mire des conservateurs

(Photo Hugo Vincent)

Rivière-des-Mille-Îles dans la mire des conservateurs

Avec Lucie Leblanc comme candidate

Après avoir été conseillère municipale et mairesse de Sainte-Marthe-sur-le-Lac, après avoir été élue à titre de députée provinciale sous la bannière de l’ADQ avant d’être défaite aux élections suivantes, Lucie Leblanc se lance en politique fédérale et c’est sans surprise qu’elle se présente à titre de candidate conservatrice dans la circonscription Rivière-des-Mille-Îles.

«Depuis 2006, le Parti conservateur forme le gouvernement du Canada. J’ai observé très attentivement le style de ce gouvernement. Certains lui reprochent d’être rigide, moi j’y ai davantage perçu un gouvernement ferme, déterminé et responsable», a-t-elle déclaré à la vingtaine de partisans présents lors de son investiture, lundi dernier.

Entourée du président de l’Association du Parti conservateur de Rivière-des-Mille-Îles, André Tremblay et du sénateur Claude Carignan, Mme Leblanc a affirmé que les orientations du Parti conservateur sont conformes à ses valeurs et surtout à ses croyances quant à la façon de diriger un gouvernement. Selon elle, seul ce parti possède les qualités requises pour faire renaître la croissance économique au Canada et assurer la protection financière des familles québécoises et canadiennes.

Pour justifier sa position, Mme Leblanc s’est appuyée sur le bilan des cinq dernières années du gouvernement Harper et sur son récent budget. «Le Canada a été le dernier pays à entrer en crise économique et le premier à s’en sortir, sans trop de dommages, preuve que le gouvernement a été sur le terrain et que sa démarche a été à la hauteur des attentes du Québec et du Canada. Pour ce qui est du budget présenté par M. Harper, il est austère, c’est vrai, mais il contient malgré tout beaucoup de bonifications qui concernent autant les familles québécoises que canadiennes. Sans compter qu’il ne touche pas à la poche des contribuables, ce qui n’est pas peu dire», a-t-elle pointée.

Un réel pouvoir de changement

D’avis qu’il est temps pour le Québec d’élire des représentants réels autour de la table pour effectuer un travail efficace, Mme Leblanc souhaite que la région, et plus particulièrement la circonscription de Rivière-des-Mille-Îles, retourne au pouvoir. «Le Bloc québécois a choisi de rester dans les estrades à critiquer depuis les 20 dernières années. Nous, les candidats conservateurs, voulons aller sur la glace afin d’avoir un réel pouvoir de changement pour les Québécois. Ce n’est pas dans les estrades que nous pouvons influencer les décisions, mais bien à l’intérieur du gouvernement. Se rendre à l’isoloir ne veut pas dire isoler le Québec et j’ose espérer que cette fois-ci, les Québécois choisiront avec fierté de redevenir des acteurs influents à Ottawa», a-t-elle soutenu.

Abondant dans le même sens, le sénateur Claude Carignan a renchéri en disant être à même de constater régulièrement cet état de fait. «À toutes les semaines, je reçois des demandes qui devraient normalement être adressées aux députés. J’ai même des députés péquistes qui viennent me voir au lieu d’aller voir leurs députés bloquistes et ça me désole. Il est temps pour nous de participer aux décisions», a-t-il ajouté.

Interrogé à savoir pourquoi il ne se présentait pas en vue des élections du 2 mai prochain, lui qui avait été candidat en 2008, M. Carignan a confié que son rôle de sénateur lui convenait parfaitement et qu’il s’était de surcroit, engagé auprès du premier ministre Harper à participer à la réforme du sénat. «Il est là mon défi», a-t-il conclu.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top