- PUBLICITÉ -
Réplique du maire Charron: pour contrôler son développement

Le maire de Saint-Eustache

Réplique du maire Charron: pour contrôler son développement

Achat du Club de golf Deux-Montagnes

Les déclarations publiques du conseiller municipal indépendant du Vieux-Saint-Eustache, Denis Paré, à propos de l’achat du Club de golf Deux-Montagnes par la Ville de Saint-Eustache ont fait des vagues à la mairie de la rue Saint-Louis.

«Il manque un peu son coup», a indiqué le maire Pierre Charron en point de presse la semaine dernière. «Il dépasse les limites, on ne peut pas laisser aller cette cabale», a-t-il dit.

Si la Ville avait acheté le golf pour un golf, oui, Saint-Eustache aurait payé trop cher, a d’abord mentionné M. Charron. Or, ce dernier a précisé que les terrains achetés par la Ville serviront à faire du développement économique. Ces terrains situés en zone blanche (non zonés agricoles) et payés 1,95 $ le pied carré sont amplement en deçà du prix des terrains industriels, évalués par M. Charron à 4 $ le pied carré. Des 6,8 millions de pieds carrés achetés, les 1,3 million situés au nord du chemin de la Rivière-Sud seront utilisés pour du développement résidentiel. Il s’agit de la portion où se trouvent actuellement le stationnement et les principaux bâtiments du terrain de golf. «Ces 1,3 million de pieds carrés autofinanceront le projet à 75 %», indique le maire. Pierre Charron a assuré que les secteurs résidentiel et industriel seront séparés par une zone tampon. «Sur les 1,3 million de pieds carrés, il y aura une perte de 12 % à 15 % pour la construction des rues, mais ça équivaut à 75 M$ de valeur de maisons», a poursuivi le maire.

La partie où est situé le terrain de golf en tant que telle sera utilisée pour du développement industriel. La section la plus au sud, qui touche le secteur où sera situé le futur site de la gare du train de banlieue, sera développée en projet TOD (Transit-Oriented Development) avec du résidentiel, du commercial et des tours à bureaux. C’est sans compter, dit le maire, une récolte minimum 100 fois plus élevée en revenus de taxes, à terme, que ce que rapportent à la Ville les installations actuelles du golf.

Dans un contexte où la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) impose son Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD) qui vient geler le dézonage agricole pour cinq ans et qui, pour les prochaines années, veut prioriser le développement des zones blanches, la perte de vocation du terrain de golf était imminente, dit le maire Charron, qui estime que le golf «aurait été vendu de toute façon. J’aime mieux que ce soit les citoyens qui en profitent. Là, on est propriétaire, on va contrôler le développement. C’est un projet bon pour 15-20 ans. Il faut être maître d’œuvre, on se prend en main».

Quant à l’échéance pour conclure la transaction – quelques heures avant le discours du maire devant la Chambre de commerce et d’industrie Saint-Eustache–Deux-Montagnes–Sainte-Marthe-sur-le-Lac –, M. Charron a fait valoir qu’il tenait à faire l’annonce devant des gens d’affaires.

Par ailleurs, la consultation de la population aurait été difficile durant les négociations, dit-il, la confidentialité ayant été demandée. Les citoyens auront tout de même l’occasion de se faire entendre. En effet, si elle fonctionne via un règlement d’emprunt, la Ville devra tenir un registre et, si le nombre de signatures requises est atteint, consulter la population au moyen d’un référendum.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Concours

concours-iga-lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top