- PUBLICITÉ -
Réplique de Julie Desmarais: Clore le débat et passer à autre

Julie Desmarais

Réplique de Julie Desmarais: Clore le débat et passer à autre

Se sentant attaquée par les propos tenus par la conseillère Nicole Carignan-Lefebvre au cours de la dernière séance du conseil municipal de Saint-Eustache, début novembre, la conseillère indépendante du quartier de la Seigneurie, Julie Desmarais, n’a d’autre choix, dit‑elle, que de répliquer.

En entrevue avec L’ÉVEIL plus tôt cette semaine, Mme Desmarais a indiqué vouloir clore le débat et passer à autre chose, mais estime tout de même que les attaques dont elle a été l’objet sont injustifiées.

«Respecter la démocratie, ce n’est pas seulement de donner le droit de vote aux citoyens, mais bien de respecter leurs choix, sans les traiter d’illogiques, que leurs décisions vous plaisent ou non! affirme‑t‑elle. Et je crois que si mon travail avait été si mal effectué de 2000 à 2005, je n’aurais pas remporté mes élections à 61 %, ce qui est énorme dans un quartier où trois candidats avaient posé leur candidature.»

Tout en affirmant que l’intervention de Mme Carignan-Lefebvre a mis plusieurs de ses citoyens en colère, Mme Desmarais croit qu’il serait tempsque les gens réalisent que la campagne électorale est terminée. «Adversaires ou non, les élus doivent se respecter mutuellement, peu importe leur allégeance politique. Nous devons travailler ensemble et non perdre notre temps à attaquer les gens, comme l’a fait ma collègue, dès la première séance», a‑t‑elle argué.

Ajoutant ne pas comprendre que le fait qu’elle habite à deux rues du quartier qu’elle représente pose problème, la conseillère Desmarais a eu ces mots pour la conseillère du Plateau-du-Chêne: «Je vais vous faciliter la vie tout de suite en mentionnant que j’habite sur la rue Bélisle. Veuillez noter, Mme Carignan-Lefebvre, que je l’ai mentionné à mes citoyens et ils l’ont accepté en votant pour moi à nouveau, vous devriez faire de même.»

Disant vouloir travailler avec les membres de l’équipe de Pierre Charron, mais affirmant aussi ne pas vouloir accepter le type de commentaire dont elle a été l’objet, Mme Desmarais a conclu sa réplique en rappelant «qu’être dans l’opposition ne sera jamais une raison suffisante pour accepter le manque de respect ni lors des séances du conseil, ni dans les médias. Le respect et le professionnalisme sont des critères de plus en plus exigés de la population et je crois que nous devons tous travailler ensemble afin d’atteindre cet objectif.»

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top