- PUBLICITÉ -
REM et mesures d’atténuation: un scénario plus efficace?

Photo Benoît Bilodeau – Comme on peut le constater depuis une semaine avec les nombreuses pancartes accrochées ici et là, les élections fédérales sont bel et bien en cours…

REM et mesures d’atténuation: un scénario plus efficace?

le maire Denis Martin pense que oui

Reconnaissant que le temps de transport vers Montréal augmentera «considérablement» pour les usagers en partance de Deux-Montagnes, son maire, Denis Martin, est néanmoins d’avis que les mesures d’atténuation annoncées pour pallier les travaux du Réseau express métropolitain (REM) sont plus efficaces que celles mises sur la table en février dernier.

Le maire réagissait ainsi à ces fameuses mesures qu’attendaient avec impatience ou appréhendaient les usagers de la ligne Deux-Montagnes. Selon le scénario envisagé, le trajet à parcourir pour se rendre au centre-ville, précisément à la station Bonaventure du métro, devrait prendre 65 minutes, plus le temps d’attente des correspondances, au lieu des 45 minutes actuelles.

Cette ligne de train de banlieue doit, en effet, terminer (ou amorcer) son parcours à la gare Bois-Franc, dans l’arrondissement de Saint-Laurent dès le mois de janvier prochain, avec la fermeture du tunnel Mont-Royal. Les mesures annoncées seront en vigueur jusqu’à la mi-2021, alors que la ligne sera complètement fermée jusqu’à la fin de 2023.

Un «réseau transitoire de transport collectif»

Selon ce qui a été annoncé le lundi 9 septembre dernier par les instances concernées, le «réseau transitoire de transport collectif» qui sera mis en place, au coût de 192 M$, comptera une navette ferroviaire entre Deux-Montagnes et Bois-Franc; des navettes d’autobus vers les lignes orange, verte et bleue du métro de Montréal, ainsi qu’une navette express qui partira des gares Grand-Moulin et Deux-Montagnes en direction du centre-ville en dehors des heures de pointe, et ce, sept jours semaine.

Aussi, les usagers de la ligne Deux-Montagnes bénéficieront de la gratuité à bord de la navette ferroviaire entre Deux-Montagnes et Bois-Franc, de même que dans les navettes d’autobus entre la gare Bois-Franc et la station de métro Côte-Vertu.

Également, les usagers actuels de la ligne Deux-Montagnes pourront profiter, dès janvier 2020, des quatre premiers mois gratuits sur l’abonnement annuel aux services de transport collectif sur l’île de Montréal et, par la suite, d’un tarif mensuel de 86,50 $.

Un maire fier et… déçu

«Je suis particulièrement fier de la création d’une navette hors période de pointe vers le centre-ville de Montréal. Il s’agit d’une mesure pour laquelle j’ai fortement milité. Les nouvelles mesures tarifaires représentent également un pas dans la bonne direction» , a déclaré, par voie de communiqué de presse, le maire de Deux-Montagnes.

Cela dit, M. Martin partage l’insatisfaction des usagers du train qui, reconnaît-il sans détour, verront leur qualité de vie diminuer pendant la longue période des travaux. «Je suis néanmoins déçu par les délais de construction qui s’étirent bien au-delà de l’échéancier initial. Assurons-nous de limiter les répercussions négatives des travaux en réduisant au minimum le temps où les usagers devront vivre avec des contraintes de mobilité majeures» , d’espérer celui-ci.

Rencontre d’information le 26 septembre

Mentionnons, par ailleurs, que l’équipe du REM, de Mobilité Montréal et les sociétés de transport concernées tiendront une rencontre d’information à Deux-Montagnes le jeudi 26 septembre prochain pour présenter les travaux et répondre aux questions des citoyens.

Cette rencontre se déroulera à la salle des Vétérans de la Légion royale canadienne, située au 141, chemin du Grand-Moulin, à Deux-Montagnes. À cette occasion, il y aura portes ouvertes de 18 h à 19 h, puis séance d’information et période de questions, de 19 h à 20 h.

Et un moratoire demandé

Enfin, un comité d’usagers de la ligne Deux-Montagnes mené par le Montréalais Robert Giguère a fait savoir qu’il compte demander un moratoire sur le REM. Ce groupe organisera, le mercredi 25 septembre, de 19 h 30 à 21 h (ouverture des portes à 19 h), un «rassemblement de la dernière chance» au Heritage Social Club, situé au 503, rue Cedar, à Deux-Montagnes.

Lors de cette rencontre, à laquelle le maire Denis Martin doit assister, des témoignages pourront être entendus et une déclaration officielle militant pour ce moratoire sera lue. Aussi, toute personne voulant prendre la parole ce soir-là pourra le faire en s’inscrivant sur la liste à l’entrée, pourvu que cette personne, précise-t-on, adhère à l’idée d’un tel moratoire. Notons qu’un coût d’entrée de 5 $ sera demandé.

Notons que les plus récentes informations sur les travaux du REM con- cernant la ligne Deux-Montagnes peuvent être consultées sur le [https://rem.info/fr/ligne-deux-montagnes].

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section Concours

Concours Mariage 2019
- PUBLICITÉ -
Top