- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Québec prévoit faire des ajustements

Soins exceptionnels

Le reportage publié en une de cet hebdomadaire, le 18 avril, au sujet de cette maman d’une enfant autiste de Mirabel, à qui l’on avait refusé de verser le Supplément pour enfants handicapés nécessitant des soins exceptionnels (SHENSE), a vraisemblablement fait réagir le gouvernement du Québec. Moins de deux semaines après la publication du reportage, un communiqué de presse émanant du bureau du ministre de la Famille, Luc Fortin, annonçait des changements à la façon de procéder.

En vue d’améliorer son action auprès des familles dont un enfant est sévèrement handicapé, M. Fortin, a en effet annoncé qu’il mettait en place quatre nouvelles mesures visant à analyser les pratiques entourant le SEHNSE.

«Le gouvernement analyse en ce moment les situations particulières de familles dont un enfant a des limitations graves, mais qui n’est pas admissible au SEHNSE. D’ici la fin du mois de juin, le gouvernement examinera les paramètres de ce programme pour évaluer les ajustements pouvant être apportés aux critères d’admissibilité» , peut-on lire dans le communiqué.

On y ajoute que le nombre de familles admises pourrait augmenter «d’environ 5 %» .

Enfants non admissibles

Le ministère de la Famille et Retraite Québec dresseront par ailleurs un portrait, «d’ici la fin de l’automne» , précise-t-on, des services offerts aux enfants qui ont des limitations graves, mais qui ne sont pas admissibles au SEHNSE.

Les travaux, «déjà en cours» , insiste le ministère de la Famille dans son communiqué, s’attarderont notamment à la cartographie de l’ensemble des services gouvernementaux offerts aux enfants handicapés et à leur famille.

«Au terme de cet exercice, le ministère des Finances effectuera un bilan des deux premières années de la mesure et validera la portée des critères d’admissibilité appliqués» .

Consultation

Une consultation sur le processus lié aux communications du traitement des demandes au SEHNSE sera en outre lancée en juin auprès de parents ayant fait une demande au cours des derniers mois.

«Les parents seront choisis selon divers profils et en fonction d’une répartition équitable entre ceux dont la demande a été acceptée et ceux dont la demande a été refusée» , indique le gouvernement du Québec avant d’ajouter que l’objectif est de «mieux accompagner les parents tout au long du processus» .

«Il est évident que les cas d’enfants handicapés nous interpellent tous, et cela, peu importe notre formation politique. Ce sont des situations qui viennent nous chercher droit au cœur» , a conclu Luc Fortin.

Depuis la mise en place de ce programme, en juin 2016, 54 % des 3 887 décisions rendues par Retraite Québec ont été refusées.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Gagnez 1000$ en cartes-cadeaux, gracieuseté de Hamster Espace Papier
- PUBLICITÉ -
Top