- PUBLICITÉ -

Julie Bélisle, heureuse de faire une différence en participant à l’événement La Ride de filles, le 10 juillet.

Près de 500 motocyclistes partiront en «Ride de filles»

Ce samedi 10 juillet, près de 500 femmes, un record, parcourront 225 kilomètres à moto afin d’amasser des fonds pour la Fondation cancer du sein du Québec dans le cadre de la 12e édition de l’événement « La Ride de filles ». Le CFTR de Saint-Jérôme (Centre de formation en transport routier) se joint pour une première fois à cet événement dont la présidente d’honneur est l’artiste-chanteuse Lulu Hugues.

Du CFTR, la Mirabelloise Julie Bélisle, directrice adjointe, sera de l’aventure. Ce sera pour elle une première participation à l’événement puisqu’elle vient tout juste d’obtenir son permis temporaire pour conduire une moto. Si elle a choisi d’être de La Ride de filles, c’est évidemment pour la Fondation Cancer du sein du Québec, mais aussi pour promouvoir la place des femmes au volant de véhicules lourds routiers.

« Cela fait quelques années que nous avons constaté qu’il existe une pénurie de main d’œuvre grandissante en transport. Plus de 50 000 chauffeurs prendront bientôt leur retraite. Étant donné que seulement 4% des femmes sont en transport routier alors qu’elles représentent 50 % de la population, nous voulons en recruter davantage », a indiqué Mme Bélisle avant d’ajouter s’être fixé comme objectif d’admettre 10 % de femmes en conduite de véhicules lourds au CFTR. Un comité a même été mis en place pour s’assurer que l’on atteigne cet objectif.

Touchée directement

Près de 500 femmes sillonneront donc les routes des Cantons-de-l’Est sur leur moto, le 10 juillet. Le départ se fera de Cowansville et la balade se terminera à Rock Forest avec une prestation de Lulu Hugues. L’objectif est d’amasser 150 000 $. Chaque participante s’engage à récolter 100 $.

Lorsque Julie Bélisle enfourchera sa motocyclette, elle aura certainement une pensée pour sa collègue Caroline Dufour, en rémission d’un cancer du sein. Son objectif personnel est de récolter 500 $. On peut l’aider en visitant le [ridedefilles.org] et en cherchant son nom parmi les « participantes ».

« Caroline est heureuse d’être une survivante, d’insister Julie Bélisle. C’est à 36 ans en faisant une palpation qu’elle a découvert la masse. Les messages qu’elle souhaite diffuser c’est que l’autoexamen des seins est important et qu’il est possible de s’en sortir. »

Caroline va bien. Elle a pris part à l’événement à quelques reprises.

Les deux camions roses du CFTR et du CFTC (dans la région de Québec) ouvriront et fermeront la randonnée de 225 kilomètres.

6 000 cas chaque année au Québec

Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez les femmes au Canada et la 2e cause de décès par cancer chez les Canadiennes.

Au Canada, on estime à 26 300 le nombre de femmes qui recevront un diagnostic de cancer du sein et à 5 000 le nombre de femmes qui en décéderont annuellement.

Au Québec, chaque année, on estime à 6 000 le nombre de femmes qui recevront un diagnostic de cancer du sein et à 1 350 le nombre de femmes qui en décéderont.

Au Canada, on estime également que 210 hommes recevront un diagnostic de cancer du sein par an et que 60 en mourront.Les femmes de 50 à 69 ans présentent le taux le plus élevé de cancer du sein. Chez les femmes de 20 à 49 ans, 18 % des cancers diagnostiqués sont des cancers du sein et constituent la première cause de décès par cancer dans ce groupe d’âge.

Consultez tous les détails de l’événement au [ridedefilles.org].

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top