- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

PPU et compteurs intelligents au menu à Deux‑Montagnes

Adoption de trois résolutions

Malgré l’opposition avouée d’un certain nombre de citoyens ces derniers mois, les membres du conseil municipal de Deux-Montagnes ont finalement adopté, à leur séance ordinaire du mois de juin, le fameux règlement modifiant le Plan d’urbanisme afin d’y intégrer les programmes particuliers d’urbanisme, appelés (PPU), dans les secteurs du chemin d’Oka–gare Grand‑Moulin et de l’entrée ouest de la Ville de Deux‑Montagnes.

À la demande du conseiller municipal Guillaume Bouvrette, laquelle a été acceptée dans un premier temps, le règlement initial a cependant été scindé en deux, afin de permettre aux élus présents de voter pour chacun des PPU proposés.

Ainsi, celui concernant le secteur du chemin d’Oka et de la gare Grand‑Moulin a été adopté à l’unanimité, tandis que celui touchant l’entrée ouest a été adopté sur division, les conseillers municipaux Guillaume Bouvrette et James McAllister s’y opposant. Précisons que seule la conseillère municipale Nathalie Chayer était absente de cette séance ordinaire du mois de juin, alors qu’un petit groupe d’opposants à ces PPU étaient présents.

Lors d’une séance d’information tenue au mois de juin dernier, à la salle de la Légion, l’urbaniste Sylvain Gariépy avait alors expliqué, en ce qui a trait à ces PPU, que la densification proposée dans la zone de l’entrée ouest sera majoritairement composée de maisons de ville à deux étages. Les constructions de trois étages sont réservées sur la 8e Avenue, mais la densification sera plus marquée à l’est du chemin d’Oka, avec quatre étages permis, et dans la zone entourant la gare Grand‑Moulin, où l’on vise des bâtiments de cinq étages, dans un rayon de 100 mètres.

Le maire Marc Lauzon, qui ne sollicitera pas un nouveau mandat au mois de novembre prochain, a toujours soutenu que l’adoption de ces PPU était nécessaire pour générer «des revenus substantiels récurrents qui permettront d’équilibrer le fardeau fiscal» des contribuables de Deux‑Montagnes.

Les citoyens opposés, eux, ont toujours dit ne pas vouloir dans leur secteur d’habitations de trois étages – en particulier entre la 26e Avenue et la 28e Avenue – et craignent même que l’évaluation de leur propriété subisse une baisse.

Compteurs intelligents

Par ailleurs, à la demande d’un groupe de citoyens présents à cette même séance ordinaire, le conseil municipal a adopté à l’unanimité, lors de la période de questions, une résolution demandant à Hydro‑Québec un moratoire quant à l’installation de compteurs intelligents sur le territoire deux-montagnais. La résolution en question a été proposée par le conseiller municipal Mario St‑Charles et appuyée par son collègue Guillaume Bouvrette.

Plus précisément, la résolution adoptée demande «au gouvernement du Québec qu’il impose à Hydro‑Québec un moratoire de trois mois concernant l’installation de compteurs de nouvelle génération à radiofréquences sur le territoire de la Ville de Deux‑Montagnes».

Dans ses considérants, les élus deux-montagnais font état notamment des «préoccupations de citoyens concernant les effets sur la santé de ces nouveaux compteurs».

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top