- PUBLICITÉ -
Pour sa carrière exceptionnelle: Marie-Claude Renaud reçoit le prix Persillier-Lachapelle

Marie-Claude Renaud a reçu son prix des mains de Lucie Charlebois, ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, et de Gaétan Barrette, ministre de la Santé et des Services sociaux.

Pour sa carrière exceptionnelle: Marie-Claude Renaud reçoit le prix Persillier-Lachapelle

L’Eustachoise Marie-Claude Renaud, directrice des ressources communautaires ACJ+, a eu l’honneur de recevoir le prix Persillier-Lachapelle, en reconnaissance de sa carrière exceptionnelle consacrée au développement et à l’amélioration des services offerts dans le réseau de la santé et des services sociaux.

Mme Renaud a reçu son prix des mains du ministre de la Santé et des Services sociaux, Gaétan Barrette, et de la ministre déléguée à la Réadaptation, à la Protection de la jeunesse, à la Santé publique et aux Saines habitudes de vie, Lucie Charlebois, lors d’une cérémonie tenue à Québec alors que les Prix d’excellence et mentions d’honneur du réseau de la santé et des services sociaux ont été décernés.

«Je suis très honorée. C’est une belle reconnaissance au niveau provincial. Ça fait chaud au cœur. Je suis la personne honorée, mais c’est toutes nos équipes qui contribuent tous les jours à offrir nos services à ceux et celles qui en ont besoin. Nous avons un concept unique qui fonctionne. Nous travaillons fort et c’est une belle reconnaissance pour notre travail», a commenté la directrice.

L’honneur est d’autant plus grand que Marie-Claude Renaud est la première lauréate issue des Laurentides à recevoir ce prix depuis sa création, en 2001. Impliquée depuis près de 28 ans auprès des personnes démunies, Marie-Claude Renaud est l’incarnation de l’engagement à sa communauté, et particulièrement envers les personnes les plus vulnérables.

Début

En 1988, elle a fondé l’Accueil communautaire jeunesse des Basses-Laurentides, une ressource destinée à venir en aide aux jeunes. Ce n’était que le début. Grâce à son leadership, à sa détermination et à son engagement au sein de la communauté, l’organisme qu’elle a mis au monde a évolué rapidement.

Aujourd’hui sous la bannière des Ressources communautaires ACJ+, l’organisme compte cinq ressources venant en aide aux plus démunis, soit l’Accueil communautaire jeunesse (16 à 25 ans), le Préfixe (12 à 17 ans), les Appartements supervisés le Transit (17 à 25 ans), le Répit de la rue/services pour itinérants adultes et l’Accueil du jour (pour les itinérants de tous âges). Une clinique de rue a nouvellement été mise sur pied dans ce centre de jour, où des infirmières y suivent la clientèle.

Plus de 7 000 personnes ont été aidées. Le nombre total de places en hébergement est passé de 6 à 27. En dépannage de jour, le nombre d’utilisateurs se chiffre annuellement à plusieurs centaines de personnes de tous les âges, pour un total de 2 500 à 3 000 visites.

Le pouvoir de se reconstruire

Aucune ressource d’hébergement communautaire pour les jeunes n’existait à proximité. Marie-Claude Renaud a donc su combler divers besoins, en créant des lieux de vie pour des personnes vulnérables, et a su adapter ses ressources à différents groupes d’âge et diversifier ses services pour répondre aux besoins émergeant au sein de la communauté.

Croyant fermement que chaque individu possède la capacité et le pouvoir de se reconstruire, Marie-Claude Renaud a causé une véritable révolution dans le domaine de l’intervention, en mettant sur pied des pratiques alternatives d’intervention en matière de jeunesse et d’itinérance sociale. «Notre objectif est de leur redonner confiance et estime, pour qu’elles puissent ensuite reprendre le cours de leur vie.» Voilà le modus vivendi de Marie-Claude Renaud.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top