- PUBLICITÉ -
Pierre Charron

Désigné Patriote de l’année

Pierre Charron, nommé Patriote de l’année

Commémoration du 14 décembre 1837

C’est le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, qui a été désigné Patriote de l’année 2013, un honneur que lui ont décerné, le vendredi 13 décembre dernier, les membres de la section Jean-Olivier-Chénier de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal (SSJBM), quelques minutes après la cérémonie commémorative du 14 décembre 1837.

Dans l’histoire des Patriotes, cette date fatidique marque la dernière attaque des Anglais sans véritable défense organisée. L’année suivante, ce sera la guerre entre deux camps armés, laquelle connaîtra son point culminant en 1939, avec la pendaison des derniers résistants. Mais en ce 14 décembre 1837, Saint-Eustache, l’un des bastions des Patriotes, a perdu un grand combattant, le docteur Jean-Olivier Chénier, ainsi que plusieurs de ses hommes.

Depuis bon nombre d’années, la SSJBM profite de ce triste anniversaire pour souligner celui ou celle ayant rendu un hommage remarquable aux combattants. Si le maire de Saint-Eustache Pierre Charron, a ainsi été désigné Patriote de l’année 2013 par la section Jean-Olivier-Chénier, c’est qu’il a proclamé sa ville Capitale nationale des Patriotes et a instauré peu après un espace nommé Place des Patriotes.

Fier et ému, le lauréat s’est avancé devant les membres de la SSJBM et la députation péquiste régionale pour y recueillir son prix, une belle sculpture de bois réalisée par l’artiste Denis Blais, sur laquelle on avait gravé son nom.

«Quand le conseil municipal a accepté à l’unanimité que Saint-Eustache soit reconnue capitale des Patriotes, ç’a fait du bien à la population. Le 175e anniversaire est venu me chercher de plus en plus. Le livre de Francine Ouellette, En 1837, j’avais 17 ans, m’a apporté un angle différent. J’ai mieux compris comment se sentaient les Patriotes et ce qu’a fait le docteur Chénier. Quand on a inauguré la Place des Patriotes, on léguait quelque chose d’important aux gens», a confié Pierre Charron, le visage rougi par l’émotion et les larmes aux yeux.

Le maire de la Capitale des Patriotes affirme que ce titre de Patriote de l’année est l’une des plus belles choses qu’il ait reçues. «Si notre contribution peut aider, c’est un autre grain de sable pour faire en sorte que ça avance (que le Québec avance)», a-t-il ajouté.

Parmi les invités de la soirée qui se déroulait à la Maison des citoyens, retenons les députés péquistes Daniel Goyer et Denise Beaudoin, mais aussi le président de la SSJBM, Mario Beaulieu, Yves Saint-Denis, ainsi que Gilles Rhéaume, qui a aussi été président de la SSJBM.

Derrière le micro, ce dernier n’a d’ailleurs pas manqué de remémorer aux membres présents quelques anecdotes savoureuses de l’histoire des Patriotes, dont celle concernant l’urne funéraire du docteur Chénier. Abritée pendant longtemps chez Birks, celle-ci aurait en effet été dérobée en 1954 et ne serait réapparue que plusieurs années plus tard. On l’a retrouvée un matin, à la porte du siège social de la SSJBM.

Sanctionné durant plus d’un siècle par l’Église à titre de «traître», le docteur Chénier n’avait pas pu être enterré dans le cimetière. Mais cette sanction a été levée en 1987, ce qui a permis au docteur Chénier d’être inhumé dans le cimetière de Saint-Eustache. Depuis, une cérémonie commémore chaque année cette bataille du 14 décembre 1837.

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top