- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Pierre Charron: «D’autres problèmes doivent être réglés d’abord»

Financement du transport en commun

Au cours de la séance ordinaire du conseil municipal du 10 septembre dernier, le maire de Saint-Eustache, Pierre Charron, a réagi aux solutions présentées pour le financement du transport en commun et à l’annonce de l’Agence métropolitaine de transport (AMT), qui fait disparaître des radars l’aménagement d’une gare à Saint-Eustache, inclus initialement dans son plan triennal d'immobilisations.

Le maire Charron a fait valoir que le projet d’augmenter la taxe sur l’essence comme moyen de financer le transport en commun dans la grande région métropolitaine était loin d’être la solution miracle. Selon ses calculs, une augmentation d’un cent donnerait cinquante et quelques millions de dollars de revenus alors que les projets de l’AMT se calculent en milliards de dollars.

«Notre position est simple, d’autres problèmes doivent être réglés d’abord», a-t-il dit, estimant qu’il existe un problème de gouvernance. «Tout le monde tire comme des cowboys», a-t-il imagé, soulignant qu’il existe un trop grand nombre d’organismes de transports et qu’il faut harmoniser le tout avant de passer à autre chose.

Par ailleurs, il estime que le transport en commun, c’est aussi la question des véhicules et du transport des marchandises. Il faut d’abord régler ces problématiques, dit-il, et «ensuite nous pourrons nous pencher sur la question du financement».

Concernant le transport par train de banlieue, Pierre Charron a rappelé que des voitures ont été achetées alors qu’elles ne pouvaient même pas entrer dans le tunnel pour rejoindre le terminus au centre-ville: «Ça commence bien!»

Dans un contexte où la ligne de Deux-Montagnes-Gare centrale est «la plus utilisée et la plus rentable», il aurait été plus prudent, croit-il, de garder actif le projet de stationnement à Saint-Eustache.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top