- PUBLICITÉ -
Onze bourses pour encourager l’effort scolaire

Samuel Trottier a reçu une bourse de 150 $ des mains de Julie Trottier

Onze bourses pour encourager l’effort scolaire

Caisse Desjardins du Lac-des-Deux-Montagnes

La fébrilité était dans l’air au restaurant du Vignoble Les Vents d’Anges, à Saint-Joseph-du-Lac, où, tout récemment, 11 étudiants attendaient impatiemment de connaître le montant de la bourse d’études que leur avait réservée la Caisse Desjardins du Lac-des-Deux-Montagnes.

Depuis quatre ans, la Caisse Desjardins du Lac-des-Deux-Montagnes décerne, en effet, des bourses dans le but de soutenir les jeunes dans leurs études. Cette année, les membres du comité jeunesse, Julie Trottier, Benoît Graveline, Julien Houde-Roy et Pierre A. Paquin, avaient sélectionné 11 lauréats.

«Dans un contexte de décrochage scolaire, les membres du conseil d’administration de bourses ont décidé, il y a quatre ans, d’instaurer un programme de bourses d’études pour les jeunes qui souhaitent poursuivre des études postsecondaires, et ce, dans l’objectif d’encourager l’éducation et de soutenir la relève», a expliqué d’entrée de jeu le président de la Caisse, Pierre A. Paquin.

Pour voir leur candidature retenue par le comité, les étudiants devaient présenter un dossier affichant de bons résultats scolaires, des efforts soutenus pour y parvenir et démontrer leur implication dans la vie étudiante.

Évidemment, la Caisse aimerait bien faire des lauréats de futurs clients de son institution, a lancé à la blague M. Paquin, juste avant de distribuer les bourses.

Karine Lauzon, qui se dirige vers l’enseignement au primaire, et Samuel Trottier, un futur ingénieur, ont reçu chacun une bourse de 150 $.

Quant aux trois bourses de 250 $, elles ont été remises à Karolane Dubé, qui étudie en soins infirmiers, à Louis Philip Guindon, futur ostéopathe, et à Pascale L’Écuyer, qui souhaite se consacrer aux enfants en devenant éducatrice spécialisée.

Olivier Guévremont a, pour sa part, reçu l’unique bourse de 500 $. Il a retenu l’attention du comité pour l’originalité de ses projets. Une fois son diplôme d’études collégiales (DEC) en mathématiques terminé, celui-ci souhaite en effet obtenir un diplôme en actuariat et faire l’élevage de chiens, comme activité parallèle plus lucrative.

L’âme missionnaire de Maude Blanchard a été remarquée par les membres du comité de sélection. Future étudiante en soins infirmiers, celle-ci projette de se joindre éventuellement à un organisme ayant une mission similaire à celle de Médecins sans frontières. L’une des bourses de 750 $ lui a été décernée.

Élisabeth Lacroix a reçu également une bourse de 750 $. Cette dernière s’est déplacée à l’étranger pour parfaire ses connaissances de l’espagnol, une langue qu’elle espère mettre à profit après ses études en gestion, à l’Université McGill.

Pour leur engagement bénévole auprès de la communauté et leur intérêt pour la nature humaine, Charlotte La Haye-Côté et Samuelle La Haye-Côté ont reçu toutes deux une bourse de 750 $.

Enfin, l’effort exceptionnel de Sammie Wilcox-Gélinas en français et les nombreux projets qu’elle a développés à l’école Liberté-Jeunesse, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, ont attiré l’attention des membres du comité qui ont vu en elle la candidate se distinguant des autres pour le prix de 1 000 $.

«Sammie adore les mots, adore notre langue. Elle est déterminée à partager ses idées, ses valeurs et son amour de la langue française», a dit M. Paquin en lui remettant sa bourse.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top