- PUBLICITÉ -
On échange sur l’alphabétisation à la Maison des mots

Photo Christian Asselin - De gauche à droite, on reconnaît Ilham Gaudreau, de la Maison des mots des Basses-Laurentides, de même que Corinne et Sabrina, stagiaires en technique de travail social.

On échange sur l’alphabétisation à la Maison des mots

Semaine de l’Alpha pop

Au début d’avril, en marge de la 3e semaine de l’alphabétisation Alpha pop, des représentants de nombreux groupes d’alphabétisation populaire de la région étaient présents à la Maison des mots des Basses-Laurentides, à Sainte-Thérèse, pour échanger sur l’importance d’investir dans l’éducation de ceux et celles qui ont de la difficulté à lire et à écrire. Ils sont près de 40 000 dans les Laurentides.

Comme l’a expliqué Ilham Gaudreau de la Maison des mots, la semaine de l’Alpha pop se veut une occasion de mettre en valeur la diversité, la richesse et la pertinence de l’action des groupes populaires d’alphabétisation dans leurs communautés et de rappeler la nécessité de les soutenir adéquatement.
«C’est une occasion pour nous de démontrer l’importance de nos organismes dans l’accompagnement des personnes peu alphabétisées», a-t-elle indiqué.
C’est ainsi qu’après avoir visionné le documentaire «nou les écrivins (sic)», de l’Atelier des lettres de Montréal, portant sur un groupe d’analphabètes à qui l’on apprenait à écrire un livre, les participants ont pu échanger sur les réalités qu’ils vivent dans leur milieu respectif.
«Plus d’un million d’adultes au Québec ont de la difficulté avec la lecture et l’écriture et bon nombre d’entre eux entreprennent une démarche offerte par les groupes populaires. Ceux-ci offrent une réponse alternative pour renouer avec l’écrit, améliorer leur condition de vie et celle de leur famille en plus de leur permettre d’exercer leurs droits», d’ajouter Mme Gaudreau, rappelant que les besoins financiers d’organismes tels que celui qu’elle dirige à Sainte-Thérèse demeurent bien présents.
«Nous sommes inquiets de l’avenir de la subvention que nous octroie le ministère de l’Éducation. Malgré les gains des derniers mois, l’avenir des organismes n’est toujours pas assuré. Force est donc de constater que la lutte doit se poursuivre», a dit Ilham Gaudreau, qui profite donc de cette semaine de l’alphabétisation pour envoyer le message au gouvernement, qu’il importe de rehausser et d’indexer leurs subventions.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top