- PUBLICITÉ -
Noire et Blanche Microbrasserie: une invitation à la découverte gustative

Les trois amis et copropriétaires de la microbrasserie Noire et Blanche: Frédérick Proulx, directeur des ressources humaines, Yan Lamoureux, maître brasseur, et Pascal Laprade, président. 

Noire et Blanche Microbrasserie: une invitation à la découverte gustative

Produits et saveurs d'ici

Ils sont natifs de Saint-Eustache, dans le début de la trentaine et amis depuis de très nombreuses années. Et voilà que ces trois amis, à force de «pelleter des nuages», ont finalement réalisé leur rêve commun avec l’ouverture, dans le Vieux-Saint-Eustache, de la microbrasserie Noire et Blanche.

DÉCOUVREZ UNE RECETTE À LA BIÈRE EN CLIQUANT ICI

Ces trois amis, ce sont Pascal Laprade, Frédérick Proulx et Yan Lamoureux qui, avec l’ouverture de cette microbrasserie, souhaitent donc, avec leurs bières maison, les bières «invitées» et un menu mettant en valeur divers produits locaux, offrir un endroit à l’insigne de la découverte gustative.

«En fait, ça fait sept ans qu’on parle, Pascal et moi, de partir quelque chose ensemble. Cela a commencé avec le projet d’une auberge. Puis Yan, lui-même un microbrasseur depuis 10 ans, a parlé, il y a deux ans, de cette idée de microbrasserie. Plus on en discutait, plus on trouvait que cela avait du sens, que c’était logique», raconte en entrevue Frédérick Proulx, directeur des ressources humaines de la microbrasserie située au 196, rue Saint-Eustache, dans une partie des anciens locaux du restaurant Da Dario.

Pendant quelque temps, les trois amis vont s’en parler, mais ce n’est qu’il y a un an et demi que des démarches sérieuses ont véritablement été entreprises auprès d’Emploi-Québec d’abord, puis, quand le choix définitif de s’installer à Saint-Eustache s’est fait (Saint-Sauveur, Sainte-Adèle et même le Bas-du-Fleuve avaient été envisagés), du Centre local de développement (CLD) de la MRC de Deux-Montagnes.

«Il a fallu monter un plan d’affaires, trouver du financement, obtenir les permis nécessaires, entre autres auprès de la Ville de Saint-Eustache qui s’est montrée ouverte dès le départ, dénicher un endroit et en négocier la location, acheter l’équipement, embaucher du personnel, élaborer un menu», raconte Frédérick Proulx, ajoutant que le choix de Saint-Eustache est bien sûr sentimental, mais aussi stratégique parce que la ville est la plaque tournante de la région. «Je dois dire que lorsque nous avons vu le bâtiment, nous en sommes tombés amoureux. C’est vraiment là que nous voulions nous installer. Mais, comme nous n’étions pas prêts à l’acheter, nous en sommes arrivés à un accord commun après trois mois de négociation», de préciser le jeune copropriétaire.

Depuis la fin du mois d’août, la microbrasserie eustachoise propose quatre bières maison dont le taux d’alcool varie de 5 % à 8,5 %, avec en tête la Saison de l’imago (période pendant laquelle la chenille se transforme en papillon), la toute première à avoir été élaborée et qui pour les trois copropriétaires représentent leur «envol». Il s’agit ici d’une bière de saison mi-blonde, mi-blanche.

Les trois autres bières sont la Squaw (une «Indian Pale Ale»), la Rastafayan (une bière forte) et la Sainte-Moustache (une bière blonde créée pour appuyer le mouvement Movember). Pour chaque Sainte-Moustache vendue, Noire et Blanche verse, en effet, 0,25 $ à Movember. Il est à noter que les quatre bières en question ne peuvent être dégustées, pour le moment du moins, que sur place.

Aussi, la microbrasserie offre à sa clientèle la possibilité de choisir parmi une liste de 12 bières «invitées», élaborées par d’autres microbrasseries québécoises, entre autres Brasseurs Illimités, de Saint-Eustache.

Un menu est aussi proposé, mettant en valeur, entre autres, des produits de la Boucannerie Belle-Rivière, à Mirabel, de la boulangerie artisanale opérée à la boucherie Salamico, à Saint-Eustache, d’Agropur avec le fromage d’Oka, des Fromages du Verger, à Saint-Joseph-du-Lac, ou de la chaîne William J. Walter Saucissier qui compte une succursale à Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

Avec les mois, les trois copropriétaires souhaitent aussi faire de leur microbrasserie un lieu culturel couru, avec la présentation de spectacles. Déjà, une première soirée «micro-humour» avec quatre humoristes de la relève et une tête d’affiche aura lieu le 29 novembre prochain. Aussi, des toiles d’artistes peintres de la région ornent joliment les murs de l’établissement.

Pour le moment, les bières sont brassées aux Brasseurs de Montréal, où Yan Lamoureux travaille. Mais les trois amis souhaitent, bien sûr, les brasser dans un très proche avenir à Saint-Eustache même. Des pourparlers en ce sens avec la Ville sont d’ailleurs en cours.

«Nous aimons à dire que nous ne sommes pas un bar où l’on prend un coup, où l’on se saoule. D’ailleurs, la Rastafayan, qui a un taux d’alcool de 8,5 %, n’est offerte qu’en petit format. Nous nous définissons plutôt comme un salon de dégustation, un endroit où vivre une belle expérience gustative», d’indiquer Frédérick Proulx qui, comme ses deux compères, ne peut que se dire «Bravo!» de la réalisation de ce projet commun. «Pour trois gars qui n’avaient pas d’expérience en affaires, en gestion, cela a été tout un défi à relever. Mais, il ne faut pas lâcher, ne pas s’asseoir là-dessus, car le travail ne fait que commencer», dit-il.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top