- PUBLICITÉ -
Nadine Le Gal quitte le Pôle universitaire

Nadine Le Gal

Nadine Le Gal quitte le Pôle universitaire

Avec le sentiment du devoir accompli

Elle a fait partie de l’équipe qui a bâti le Pôle universitaire des Basses-Laurentides tel qu’on le connaît aujourd’hui, avec pour seul point de départ un concept novateur à concrétiser et pour premier mandat, celui de dénicher des universités prêtes à signer des ententes.

 «L’Université Laval a été la première avec qui nous avons conclu une entente, suivie peu après de l’Université Sherbrooke», évoque-t-elle. C’était en 2006. Six ans plus tard, l’organisme, rebaptisé depuis Pôle universitaire Paul Gérin-Lajoie, poursuit sa croisade en faveur de l’accessibilité à l’éducation universitaire, de concert avec ses partenaires de la première heure auxquels s’est greffé, il y a quelques années, le Conservatoire national des arts et métiers de Paris (Cnam). Depuis, 1 200 étudiants s’y sont inscrits. Autre moment marquant dans l’histoire du Pôle, la tenue, en octobre dernier, de la première collation des grades d’une centaine d’étudiants diplômés des 1er et 2e cycles universitaires.

Or, le 23 janvier prochain, la première (et seule) directrice du Pôle, Nadine Le Gal, quittera le Pôle pour intégrer ses nouvelles fonctions, toujours à titre de directrice, cette fois au cégep de Saint-Jérôme, au Département de la formation continue et des services aux entreprises.

«Je dois dire que ces six années à la direction du Pôle représentent pour moi une belle aventure, autant professionnelle que personnelle. Je quitte vraiment avec le sentiment d’avoir mené à bien la mission qui m’avait été confiée», mentionne-t-elle d’emblée.

Mais elle demeure convaincue qu’il s’avère sain, tant pour elle que pour l’organisation, de poursuivre ailleurs. «Une nouvelle direction amènera nécessairement une nouvelle approche et une vision différente. Ça ne peut que faire du bien. Même si ce n’est pas facile pour moi de quitter l’équipe du Pôle», ajoute-t-elle.

La suite des choses

Du côté du Pôle, son président, Élie Fallu, n’avait que de bons mots à l’égard de celle qu’il avait lui-même choisie pour donner forme et vie à son projet. «Nadine a su faire preuve d’une grande capacité à concrétiser rapidement des idées et projets et à encourager une culture participative, tant au sein de son équipe qu’avec tous les acteurs socio-économiques de la région et plusieurs collaborateurs nationaux et internationaux», a-t-il indiqué, d’avis que les qualités de gestionnaire de Mme Le Gal ont grandement contribué à l’enracinement du Pôle dans la région et même au-delà.

Mentionnons que, outre ses nombreuses implications sur divers conseils d’administration et tables de concertation, Mme Le Gal a aussi participé à l’implantation de l’Observatoire de transport des personnes au Québec, maintenant reconnu par le ministère du Transport du Québec, par de grandes entreprises en transport et par le CRIQ (Centre de recherche industrielle du Québec), ainsi qu’à l’implantation d’un projet ralliant le collège Lionel-Groulx, l’Université Laval et le Pôle universitaire: le Centre d’accompagnement pédagogique et de tutorat en enseignement supérieur, dont les services seront offerts aux populations étudiantes collégiales et universitaires.

Au moment d’écrire ces lignes, le nom de celui ou celle qui lui succédera à la direction du Pôle n’était pas encore connu. Un appel public de candidatures devrait être diffusé au cours des prochains jours.

 

 

 

 

 

- PUBLICITÉ -

Nos chroniques

La dernière édition

Section concours

Gagnez 3000$ en forfait Mariage
- PUBLICITÉ -
Top