- PUBLICITÉ -
Mylène Jaccoud: faire avancer la cause avant tout

Mylène Jaccoud se présente sous la bannière de Québec solidaire dans Mirabel pour une deuxième campagne consécutive.

Mylène Jaccoud: faire avancer la cause avant tout

Elle a déjà été candidate dans les circonscriptions de Prévost, puis dans Bertrand. En 2012, elle a récidivé en menant une campagne dans Mirabel. Dix‑huit mois plus tard, Mylène Jaccoud est de nouveau candidate dans Mirabel. Toujours aussi animée par la proposition de son parti: Québec solidaire.

«Je crois fermement à la proposition de Québec solidaire. C’est à mon avis le seul parti qui sort des sentiers battus», de soutenir l’enseignante en criminologie, à l’Université de Montréal. Mieux encore, opine-t-elle, Québec solidaire est le seul parti qui se distingue face à trois autres partis qui tendent de plus en plus à se confondre et dont les différences s’atténuent de plus en plus. «Seul Québec solidaire propose quelque chose de réaliste», insiste‑t‑elle.

Petit parti, grandes idées

Réalistement, Mme Jaccoud, qui a récolté un peu moins de 4 % des votes lors du scrutin en 2012, sait très bien qu’elle ne sera pas élue le 7 avril. Ce qui ne l’empêche pas de mener sa campagne et de livrer le message de son parti. «Notre message est d’ailleurs beaucoup mieux entendu qu’en 2012. Les médias s’intéressent davantage à notre parti, ce qui nous aide à faire connaître nos idées. D’un point de vue démocratique, c’est plus juste», avance‑t‑elle.

Mme Jaccoud croit qu’à ce niveau, Françoise David, porte-parole du parti, fait un travail terrain remarquable. «Elle est pour moi un modèle de politicienne. C’est quelqu’un de très intègre. J’ai beaucoup d’admiration pour les gens qui, comme elle, s’implique en politique pour servir», mentionne la candidate.

À moins d’une semaine du scrutin, Mme Jaccoud, qui n’habite pas la circonscription, admet qu’elle commence «un peu à se promener», à la rencontre des électeurs de Mirabel. «Vous savez, nous sommes un petit parti, aux grandes idées, certes, mais dont les moyens sont tout de même limités. En 2012, je n’avais même pas d’argent pour poser des pancartes», fait‑elle valoir.

Même sans victoire, Mme Jaccoud mise tout de même sur des gains éventuels: «Je sais très bien que je ne serai pas élue. Cette campagne sert d’abord à faire valoir nos idées et récolter le plus grand nombre d’appuis possible. Faire avancer la cause avant tout.» Le financement du parti en dépend, une étape essentielle au développement des activités futures du parti, note‑t‑elle.

Mme Jaccoud demeure convaincue qu’outre Amir Khadir (Mercier) et Françoise David (Gouin), deux autres députés seront élus. «On vise deux députés supplémentaires, notamment Manon Massé (Sainte‑Marie–Saint‑Jacques) et Andrés Fontecilla (Laurier-Dorion). Il faudra aussi surveiller du côté de l’Abitibi et Gatineau», avance‑t‑elle.

En 2012, Québec solidaire avait récolté 3,81 % du scrutin dans Mirabel, derrière le Parti québécois (43,77 %), la Coalition Avenir Québec (36,35 %) et le Parti libéral du Québec (13,06 %).

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top