- PUBLICITÉ -
Mirabel: Luc St-Jean tourne la page sur la politique active

Luc St-Jean

Mirabel: Luc St-Jean tourne la page sur la politique active

Défait à l’élection municipale alors qu’il aspirait à devenir maire de Mirabel, Luc St‑Jean dresse un bilan positif de sa campagne et tourne la page sur sa vie politique active avec sérénité.

Deux jours après le scrutin général qui a porté Jean Bouchard et plusieurs candidats de son équipe au pouvoir, l’ancien conseiller municipal Luc St‑Jean a fait le point sur sa dernière campagne, qui lui a quand même permis de récolter 24 % du vote exprimé par les Mirabellois dimanche dernier.

L’heure n’a pas encore sonné pour ceux qui, comme lui, tentent d’accéder à la fonction de maire sans équipe derrière soi, analyse‑t‑il. Il fait toutefois remarquer avec une certaine fierté la victoire de trois nouveaux conseillers élus s’étant présentés comme candidats indépendants: Guylaine Coursol, Francine Charles et David Marra‑Hurtubise.

Profitant de sa propre notoriété, il avait décidé de faire connaître quelques‑uns d’entre eux, sans cependant s’immiscer dans leur campagne électorale. «Je suis content de voir des indépendants sur le conseil municipal, surtout David Marra-Hurtubise qui est encore tout jeune», a fait savoir M. St‑Jean, en entrevue.

Pour sa part, Luc St‑Jean avait élaboré un programme qui, selon lui, répondait aux besoins des Mirabellois et s’était aussi donné la peine d’aller cogner aux portes de plusieurs d’entre eux pour leur présenter. Or, le taux de vote est demeuré faible dans sa ville comme dans plusieurs autres du Québec. À peine 39 % des électeurs se sont, en effet, présentés aux bureaux de vote à Mirabel.

C’est ce qui le peine le plus. «Je suis déçu du taux de participation, car en campagne on travaille fort et on va voir les gens et malgré cela, on voit peu de participation», a‑t‑il mentionné.

Luc St‑Jean tire donc sa révérence de la vie politique. Désormais, il entend profiter d’un nouvel agenda plus dégagé pour passer du temps avec sa famille et faire davantage d’activités avec ses petits-enfants, qui sont eux‑mêmes bien contents de retrouver un grand‑papa plus disponible.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top