- PUBLICITÉ -

Photo Claude Desjardins

Mathers ferme ses portes

Le centre sportif Saint-Eustache, la Spa Mathers Ciel Nordique et le restaurant Texas Star ferment leurs portes définitivement. Le Groupe Mathers en a fait l’annonce un peu plus tôt aujourd’hui.

Dans une lettre acheminée aux clients, le 21 avril, on y explique que la pandémie qui a forcé la fermeture de ces trois entreprises, le 13 mars, et les pertes financières qui ont suivi, sont à l’origine de cette décision.

«Dans un contexte aussi incertain que celui auquel nous faisons face présentement, écrit-on dans la missive, il nous est malheureusement impossible de poursuivre l’exploitation de ces trois entreprises.»

On ajoute souhaiter démentir la rumeur qui circule à l’effet que le site pourrait éventuellement faire place à des condominiums ou être transformé en quartier résidentiel. «Pour le moment, aucune décision n’a été prise à cet effet», dit-on.

La direction du Groupe Mathers enverra par la poste un chèque à ses clients afin de les rembourser. Quant aux cartes-cadeaux ou forfaits achetés, la marche à suivre pour se faire rembourser suivra.

Le Groupe Mathers termine en remerciant sa clientèle pour ces nombreuses années de fidélité.

Un page d’histoire qui se tourne

Au décès de Jean-Guy Mathers, en janvier 2018, le collègue Benoit Bilodeau expliquait que c’est lors de la construction de l’autoroute 640, dans les années 60, que l’aventure Mathers va débuter à Saint-Eustache. À cette époque, c’est M. Mathers qui va fournir en pierres, à partir de 1961, l’entrepreneur retenu. M. Mathers était alors propriétaire d’un terrain qu’il devait éventuellement transformer en carrière.

Le reste appartient à l’histoire. M. Mathers a ouvert successivement, les années suivantes, le Ciné-Parc Saint-Eustache en 1970, le Marché aux puces en 1972, le Centre sportif Saint-Eustache en 1980, le Cinéma Saint-Eustache en 1997 et, tout dernièrement, le Spa Ciel Nordique en 2013.

Celui-ci avait encore plein de projets en tête à son décès, dont celui de construire une résidence pour personnes âgées qu’il voulait appeler la Résidence Juliette-Mathers, en mémoire de sa femme décédée le 17 décembre 2014.

Les Mathers savaient aussi se montrer généreux, à preuve les centaines de milliers de dollars qu’ils ont versés à différentes causes qui leur tenaient à cœur.

 

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top