- PUBLICITÉ -
Martin Matte ou l’excellence en chair et en os!

(Photo Michel Chartrand) - Martin Matte offre, avec Condamné à l’excellence, une performance sans tache.

Martin Matte ou l’excellence en chair et en os!

Coup d’envoi au Grand Théâtre Olympia de Deux-Montagnes

C’est avec rien de moins que l’excellence, en chair et en os s’il vous plaît, que la nouvelle saison de spectacles présentés ce printemps au Grand Théâtre Olympia de Deux-Montagnes a pris son envol. Effectivement, c’est l’humoriste Martin Matte qui, devant une salle comble et conquise bien évidemment à l’avance, a monté sur scène pour donner le coup d’envoi aux spectacles qui seront présentés à cet endroit d’ici la mi-juin.

Condamné à l’excellence, comme il le dit et le répète en début de spectacle, Martin Matte a, effectivement, offert une performance sans tache, y allant de monologues mettant en lumière un personnage (du moins, espérons que c’est bel et bien le cas) vantard, arrogant, baveux suffisant et imbu de lui-même, un personnage qui ne semble avoir aucune faiblesse, malgré un trou de mémoire «planifié», un personnage qui peut aussi être, malgré ses travers, tout à fait sympathique, charismatique et même capable de tendresse.

Depuis qu’il est monté sur scène une première fois, en l’an 2000, Martin Matte ne cesse d’accumuler les succès. Son premier spectacle, Histoires vraies, a été présenté plus de 300 fois, devant plus 250 000 personnes. L’an dernier, au gala des Olivier, il avait raflé pas moins de quatre statuettes (spectacle d’humour de l’année, spectacle d’humour le plus populaire, auteur de l’année et DVD d’humour de l’année avec Comment devenir excellent). Son plus récent spectacle, Condamné à l’excellence, a reçu un Billet Triple Platine pour 300 000 billets vendus en seulement 13 mois. Et cela se poursuit puisque ce sont, aux dernières nouvelles, plus de 325 000 billets de ce spectacle qui ont trouvé preneurs.

Difficile donc pour Martin Matte, à tout le moins le Martin Matte que l’on voit sur scène, de rester tout à fait humble. Et il le fait savoir dès les premiers instants de son spectacle en laissant entendre que ce sera, aux premiers éclats de rire entendus, une soirée pas mal facile pour lui. Et cela se poursuit de la sorte pendant un peu plus d’une heure et demie, sans entracte.

Et ce qui plaît dans ce personnage, comme le faisait à une certaine époque Yvon Deschamps, c’est que celui-ci raconte ses histoires, à faire pleurer de rire à l’occasion, avec habileté, amenant son public là où il le veut bien avec des sujets de la vie de tous les jours, comme ce numéro sur sa vasectomie. Comme dans son premier «one-man-show», alors qu’il nous parlait de son frère atteint d’un traumatisme crânien, Martin Matte se fait attendrissant en nous parlant cette fois de son père, décédé dernièrement. Et c’est sans oublier cette fondation qu’il a mise sur pied afin d’offrir aux enfants et aux adultes vivants avec un traumatisme crânien ou une déficience, une meilleure qualité de vie avec l’ouverture, à Laval, d’une première maison pouvant les accueillir.

Même s’il peut parfois être prévisible à l’occasion, force est d’admettre que Martin Matte est, effectivement, condamné dorénavant à l’excellence. Appelez cela les gènes, le destin ou un choix personnel, mais avouons que ce sont les centaines de milliers de personnes qui l’ont vu ou qui iront le voir, qui en sont les grands gagnants!

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

La meilleur des aventures sucrées
- PUBLICITÉ -
Top