- PUBLICITÉ -
Luc Leclerc: améliorer l’accès aux soins de santé

Luc Leclerc

Luc Leclerc: améliorer l’accès aux soins de santé

Le chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, et le candidat dans Deux-Montagnes, Luc Leclerc, se sont engagés à réviser en profondeur le mode de financement du réseau de la santé et à diminuer la bureaucratie afin de financer de nouvelles initiatives pour offrir aux Québécois un meilleur accès aux soins et aux services de santé.

(NDLR) – Communiqué de presse émis par le candidat du Parti libéral du Québec (PLQ) dans Deux-Montagnes, Luc Leclerc.

«S’occuper des vraies affaires, c’est notamment travailler sans relâche pour assurer aux contribuables que l’argent qui est investi dans le réseau de la santé aille directement dans les services aux patients, et ce, afin d’améliorer l’accessibilité aux soins pour les familles québécoises», ont indiqué le chef libéral et le candidat dans un communiqué de presse conjoint.

Ainsi, le PLQ procédera, dès la première année d’un mandat, à une révision en profondeur du mode de financement des établissements de santé, afin de favoriser une augmentation du volume d’activités pertinentes dans différents secteurs tels que les laboratoires, la radiologie et l’hospitalisation.

Cette réforme du financement des hôpitaux sera basée sur le volume de soins donnés par l’établissement de même que sur la productivité, et elle prendra en considération la qualité des services offerts et le suivi du patient. Le nouveau mode de financement sera étendu dans tous les établissements et toutes les régions et sera largement implanté en 2017.

«Cette révision, qui fera en sorte que l’argent suive le patient, permettra par ailleurs de corriger les iniquités de financement entre les régions, d’assurer une meilleure performance, d’offrir plus de services, de réduire les délais d’attente et d’améliorer l’accessibilité pour les Québécois, et ce, avec le même argent investi», de déclarer Luc Leclerc.

Le PLQ s’engage aussi, de poursuivre M. Leclerc, à diminuer la lourdeur bureaucratique du réseau de la santé et des services sociaux en exigeant de chaque établissement, de chaque agence de santé et de services sociaux, du ministère de la Santé et des Services sociaux et des organismes gouvernementaux qu’ils déposent un plan de réduction de la bureaucratie de 10 % sur trois ans.

Il pourrait s’agir, par exemple, de la diminution de la paperasse, d’une révision du nombre de cadres ou de l’utilisation de nouvelles technologies qui favoriseraient une plus grande efficience des activités administratives.

Par ailleurs, le PLQ s’engage à poursuivre l’optimisation des services de santé. Celui-ci estime également qu’il est possible de réaliser des économies dans le secteur des médicaments, notamment par la signature d’ententes particulières avec les fabricants, par la mise en place de meilleures pratiques pour un usage optimal du médicament, et par la réduction du prix payé pour les médicaments génériques.

«Ce que le Parti libéral du Québec propose aux familles du Québec, c’est un plan concret et solide qui leur permettra d’avoir un meilleur accès aux soins de santé. Ces engagements démontrent que nous sommes centrés sur les vraies priorités des Québécois, comme l’amélioration de l’accès à notre système de santé», ont conclu MM. Couillard et Leclerc.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top