- PUBLICITÉ -
L’inquiétude et les réserves des députés Charette et Beaudoin

Les députés Charette et Beaudoin ont critiqué le budget déposé par le ministre Raymond Bachand, ici en compagnie du premier ministre Jean Charest.

L’inquiétude et les réserves des députés Charette et Beaudoin

Dépôt du budget Bachand

D’une part, le député Benoit Charette s’inquiète de la face cachée du budget Bachand en raison de la dette, d’autre part la députée Denise Beaudoin estime qu’il n’y a rien pour les régions.

Face à une augmentation de 9,4 % du service de la dette, le député de Deux-Montagnes, Benoit Charette, accueille avec inquiétude le budget déposé par le ministre Raymond Bachand.

«Cette année, les finances publiques québécoises franchissent un stade extrêmement inquiétant, puisque le paiement des intérêts sur la dette dépassera les 10 milliards de dollars. Il s’agit d’une explosion de 9,4 % de ce poste de dépense par rapport à ce que nous avons payé l’an dernier», a analysé le député.

Il a ajouté: «Même si Jean Charest affirme sur toutes les tribunes que la situation financière du Québec est bonne, la réalité est tout autre. Ce budget nous annonce des lendemains difficiles.»

Selon lui, les mesures annoncées dans le budget Bachand manquent d’envergure pour améliorer concrètement la qualité de vie des citoyens. «Cette année encore, un Québécois sur quatre n’aura pas accès à un médecin de famille. À la fin de l’année scolaire, un élève sur cinq aura décroché de son école secondaire. Ce sont de tristes résultats que le gouvernement libéral n’a jamais réussi à améliorer.»

Son parti, la Coalition avenir Québec dénonce l’aveuglement dont fait preuve le ministre. «Après avoir instauré une contribution santé injuste, haussé la TVQ et toutes sortes de tarifs, Raymond Bachand aurait mieux fait de se taire. C’est comme si, deux ans après avoir pigé 16 milliards de dollars dans les poches des contribuables, il niait la réalité», a conclu M. Charette.

Denise Beaudoin

Pour sa part, la députée péquiste de Mirabel, Denise Beaudoin, entretient les plus sérieuses réserves sur ce budget, estimant n’y «retrouver que très peu de points positifs pour répondre aux attentes et besoins de la population et de ceux de la circonscription en particulier.»

Selon la députée, la circonscription de Mirabel est appelée à relever de nombreux défis, mais le ministre des Finances semble l’avoir oublié. «Les usagers du transport en commun, qui étaient en droit de s’attendre à des investissements significatifs, n’auront qu’une simple analyse globale de la situation, car aucun argent neuf n’est prévu. Le transport adapté fait encore également figure de parent pauvre dans ce budget.»

Pour ce qui est des agriculteurs qui sont nombreux dans Mirabel, Mme Beaudoin fait valoir que le budget n’a identifié aucune mesure pour assurer la relève dans leurs entreprises, ou pour venir en aide aux agriculteurs qui ont des problèmes financiers. Seul baume sur la plaie, à son avis, le budget prévoit la tenue d’une campagne de promotion pour l’achat des produits du terroir.

La députée ajoute que le budget est silencieux sur la lutte aux effets néfastes pour la santé résultant de l’exploitation du mégasite d’enfouissement situé à proximité du secteur de Saint-Hermas, à Mirabel (odeurs, émanations, rejets de biogaz, provenance des déchets). «De nombreuses familles avec enfants sont touchées par ce problème. De même, le budget Bachand est silencieux sur le financement réservé pour la décontamination des sites orphelins comme celui de l’ex-mine d’Oka.»

 

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top