- PUBLICITÉ -
Les travaux de pompage ont débuté dans la «zone rouge»

Photo Benoît Bilodeau – Même si le niveau du lac des Deux-Montagnes est à la baisse ces derniers jours, l’eau est toujours bien présente dans plusieurs rues de Sainte-Marthe-sur-le-Lac.

Le député et ministre Benoit Charette fera partie du groupe d’action ministériel mis en place par le gouvernement Legault, en marge des inondations printanières.

Les travaux de pompage ont débuté dans la «zone rouge»

Inondations à Sainte-Marthe-sur-le-Lac

Après avoir réussi, dimanche dernier, au terme d’une délicate et complexe opération, à colmater à la hauteur de la 27e Avenue, la fameuse brèche de la digue qui avait cédé une semaine plus tôt, à Sainte-Marthe-sur-le-Lac, les travaux de pompage ont enfin débuté lundi dernier dans le secteur situé entre les 23e Avenue et 29e Avenue.

Déjà, au moment d’écrire ces lignes, le pompage avait permis d’abaisser de plusieurs pouces le niveau de l’eau dans ce secteur appelé la «zone rouge» . De plus, la décrue des eaux semble bien amorcée puisque mardi matin, le niveau du lac des Deux-Montagnes était à la baisse, se situant à ce moment à 24,38 mètres. La tendance est d’ailleurs à la baisse pour les prochains jours.

«Il s’agit d’un pompage progressif et contrôlé car la Direction générale des barrage publics du ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques doit surveiller régulièrement l’état de la digue. Il est présentement impossible de vous fournir la date à laquelle l’évacuation de l’eau sera terminée» , a expliqué la mairesse Sonia Paulus, lors d’un point de presse, lundi, ajoutant que l’état d’urgence demeure toujours en vigueur, de même que l’avis d’ébullition de l’eau.

Cette étape maintenant franchie, la mairesse Paulus a répété son souhait de voir la digue qui a protégé ses citoyens pendant 42 ans être reconstruite. Mme Paulus argue notamment qu’il sera impossible de déplacer les citoyens qui y résident tout près.

Visitez lamoisson.com
- Publicité -

Elle a aussi soutenu lors de ses points de presse quotidiens que la Ville «n’a absolument rien à se reprocher» et rappelé que «la digue a été inspectée régulièrement et expertisée depuis les crues de 2017» .

Rappelons que le conseil municipal marthelacquois a, faisant suite à des rapports déposés en 2017 sur la question, adopté une résolution au mois de février dernier pour demander au ministère de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques de consolider et de rehausser de deux pieds la digue. Les travaux en question devraient être réalisés l’automne prochain puisque considérés non urgents à ce moment.

Reconstruction de la digue?

Cette demande de reconstruction de la digue, Mme Paulus l’a d’ailleurs fait savoir, jeudi dernier, au premier ministre François Legault qui, pour une deuxième fois en cinq jours, était justement en visite à Sainte-Marthe-sur-le-Lac. Celui-ci n’a alors pas voulu se commettre, disant que la priorité pour le moment était de voir aux besoins des sinistrés.

Le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques, Benoit Charette, également député de Deux-Montagnes, en entrevue à Paul Arcand, le mardi 30 avril, s’est également montré vague sur le sujet de cette reconstruction.

«Les évènements nous ramène à nous poser des questions. C’est bien certain qu’on fera tout en notre pouvoir pour accompagner la Municipalité. Est-ce que la digue sera reconstruite au même endroit, dans les mêmes conditions? Est-ce qu’on ne profitera pas de l’occasion pour la solidifier sur sa pleine longueur? Ce sont toutes des questions qu’on devra se poser pour assurer la sécurité de la population» , a-t-il expliqué lors de cette entrevue.

Celui-ci en a d’ailleurs profité de cette même tribune radiophonique pour se faire rassurant quant aux travaux qui devaient être effectués cet automne. «Les deux rapports déposés en 2017 n’ont jamais fait état d’une situation d’urgence (…). C’est pourquoi ils devaient être menés cet automne alors que le niveau du lac aurait été à son plus bas» , d’assurer le ministre.

Un coordonnateur et un groupe d’action

En attendant une décision sur cette question de reconstruction, le gouvernement caquiste a annoncé que Jean Séguin, sous-ministre au ministère des Affaires municipales et de l’Habitation, a été dépêché à Sainte-Marthe-sur-le-Lac pour coordonner toute l’action gouvernementale. Déjà, lundi et mardi (et encore ce mercredi), des séances d’information du ministère de la Sécurité publique ont eu lieu à l’église Saint-Agapit, à Deux-Montagnes, selon le secteur où les sinistrés marthelacquois résident.

Enfin, mentionnons que le député Charette fera partie, avec sept autres ministres, du groupe d’action ministériel mis en place par le premier ministre Legault pour s’assurer de la prise en charge et de l’indemnisation rapides des personnes sinistrées.

Ce même comité, que préside la vice-première ministre Geneviève Guilbault, aura également la responsabilité d’appuyer les municipalités afin que celles-ci disposent de toutes les ressources nécessaires à leur rétablissement et de les aider à déceler plus rapidement certains enjeux pour faciliter la prise de décisions. À moyen terme, il sera aussi chargé de préparer le gouvernement et les autres acteurs concernés à faire face aux crues qui pourraient se produire en 2020.6

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

Section concours

Concours IGA Lamoureux
- PUBLICITÉ -
Top