- PUBLICITÉ -
Entête - Actualités

Les profs du Collège Lionel-Groulx donnent un zéro aux offres patronales

Alors que les négociations dans le secteur public débutent, les profs du Collège Lionel-Groulx ont octroyé une note de «zéro» aux offres patronales, les jugeant déconnectées des réalités vécues sur le terrain.

Pour Étienne Gendron du Syndicat des enseignantes et des enseignants du Collège Lionel-Groulx (SEECLG), il s’agit d’attirer l’attention sur une négociation cruciale pour les cégeps: «Nous avons remis nos notes durant les Fêtes, mais nous tenions quand même à corriger une dernière copie: le document contenant les demandes de nos patrons. Il y a des problèmes urgents à régler dans le réseau collégial, mais leur souhait semble être d’accroître leur pouvoir de gestion. Les profs du cégep en sont très déçus et leur ont décerné une note en conséquence: un gros zéro.»

Le Syndicat trouve curieux qu’aucun ajout de ressources dans les cégeps ne soit proposé, alors que le gouvernement dispose d’importants surplus budgétaires. «Notre réseau collégial est sous-financé depuis des années alors que les besoins des étudiantes et des étudiants augmentent. Cette négociation est l’occasion d’améliorer les conditions dans lesquelles nous donnons nos cours, ce qui aura un effet certain sur la réussite étudiante», ajoute Aude Lacasse, présidente du SEECLG.

Le SEECLG, qui regroupe 504 membres, est représenté à la table de négociation par la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec, une organisation affiliée à la CSN. «Notre comité de négociation et de mobilisation ira défendre nos demandes, mais aussi notre vision de l’éducation. On ne peut prioriser l’enseignement sans une pleine reconnaissance des enseignants», conclut Étienne Gendron.

- PUBLICITÉ -

La dernière édition

- PUBLICITÉ -
Top